11.08.1617:52

Déclaration du ministère russe des Affaires étrangères

1424-11-08-2016

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Les forces du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB) ont déjoué des attentats préparés par la Direction générale du renseignement du ministère ukrainien de la Défense visant des éléments critiques d’infrastructure et d’approvisionnement de la République de Crimée. D’après les services russes, ces actions de sabotage et de terrorisme visaient à déstabiliser la situation politique et sociale dans la région dans le contexte des préparatifs et de l’organisation des élections fédérales et régionales.

Ainsi, un groupe de saboteurs a été repéré près de la ville d’Armiansk dans la nuit du 6 au 7 août. La tentative d’arrêter les terroristes s’est soldée par un combat qui a coûté la vie à un agent du FSB. Sur les lieux, les forces russes ont trouvé des explosifs d’une puissance totale de plus de 40 kg équivalent TNT, ainsi que des munitions, des grenades, des mines et des armes spéciales. Dans la nuit du 8 août, des unités spéciales du ministère ukrainien de la Défense ont essayé deux fois encore d’introduire des groupes de sabotage sur le territoire criméen mais ces plans ont été déjoués par les forces du FSB et d’autres services russes. Ces tentatives d’incursion ont été appuyées par des blindés de l’armée ukrainienne et des bombardements massifs depuis le territoire ukrainien. L’échange de tirs s’est soldé par la mort d’un militaire du ministère russe de la Défense.    

Les actions de la partie russe sur le territoire criméen ont permis d’éliminer le réseau d’agents de la Direction générale de renseignement du ministère ukrainien de la Défense et d’arrêter des citoyens russes et ukrainiens ayant participé aux préparatifs des attentats. Il s’agit notamment d’Evgueni Panov et d’Andreï Zakhtei. Toutes ces personnes passent actuellement aux aveux.

Nous avons plus d’une fois attiré l’attention de nos partenaires internationaux sur le fait que les autorités de Kiev n’ont en réalité aucun intérêt à trouver des solutions pacifiques aux problèmes actuels de l’Ukraine. Elles ne veulent pas chercher de compromis mais résoudre toutes les questions à l’aide de mesures musclées, voire d’actions terroristes comme nous pouvons désormais le constater.

Les tentatives actuelles d’incursion en Crimée, l’attentat récent à la vie d’Igor Plotnitski, leader de la République populaire de Lougansk, les tirs incessants près de la ligne de démarcation dans le Donbass, les actions des prétendus "militants" - qui dépassent tout cadre légal - sur tout le territoire du pays… Tout cela met très clairement en lumière l’état de l’Ukraine contemporaine. Les nombreuses provocations, la présentation de Moscou en tant qu’ennemi et l’encouragement exprès des sentiments antirusses sont une tentative de Kiev de détourner l’attention des citoyens ukrainiens de l’état critique du pays et des problèmes que rencontre la majorité de la population. Nous faisons face à l’envie de détourner les regards de l’opinion publique des actions et des responsabilités des gens qui se trouvent actuellement au pouvoir, de leur incapacité à mettre en œuvre les réformes longtemps attendues, d'assurer une enquête scrupuleuse et honnête sur les meurtres de journalistes et de militants des droits de l’homme, les crimes commis en 2014 sur le Maïdan, à Odessa, à Marioupol et dans d’autres villes du pays.    

Les autorités ukrainiennes tentent de réfuter ces faits évidents à grands coups de déclarations infondées, veulent rejeter encore une fois la responsabilité de leurs actions sur un autre, voire sur le Conseil de sécurité de l’Onu, à seule fin de n’entreprendre aucune mesure réelle visant à normaliser la situation.

Nous appelons nos partenaires, dont les efforts assurent notamment la survie du régime actuel de Kiev, à faire preuve de sagesse et à pousser enfin leurs protégés ukrainiens à arrêter leurs provocations incessantes et à suivre leurs engagements dans le cadre des accords de Minsk sur le règlement politique de la crise en Ukraine.

Le président ukrainien Petro Porochenko met sans cesse l’accent sur le "soutien inconditionnel des États-Unis, de l’Otan et de l’Union européenne" dans la "lutte pour la restitution de la Crimée annexée". L’indulgence occidentale envers ce discours a sans doute joué un rôle négatif, encourageant presque les décisions criminelles des autorités ukrainiennes d’organiser des provocations armées en Crimée russe. Si le commandant en chef de l’armée ukrainienne a participé à la prise de décisions, il peut être considéré comme le fossoyeur du processus de paix. Mais si ce choix a été fait à son insu, c'est encore plus grave. Nous sommes très préoccupés par l’inaction des autorités des Kiev dans un contexte d’aggravation des discours belliqueux et d’actions violentes organisées et mises en œuvre par des bataillons dits "de volontaires" et d’autres extrémistes.         

Nous espérons que les capitales occidentales tireront toutes les conclusions nécessaires.

Les tentatives de déstabiliser la situation en Crimée russe sont vouées à l’échec. Nous assurerons sans aucun doute la stabilité et la sécurité de la République de Crimée.

Nous prévenons également Kiev, tout comme ses superviseurs étrangers, que les dégâts subis par la partie russe et la mort des militaires russes ne resteront pas sans réponse.

Comme l’a souligné le président russe Vladimir Poutine le 10 août, dans le contexte actuel, sans aucun mouvement positif concret de la part de Kiev et si les autorités ukrainiennes ne renoncent pas à la politique de terreur et de provocation, il est tout simplement inutile d’organiser des rencontres dans le cadre du Quartet Normandie, notamment début septembre à Pékin comme l'avait récemment suggéré Petro Porochenko. 

Nous appelons encore une fois nos partenaires à influer sérieusement sur les autorités de Kiev, à les empêcher de commettre des actions dangereuses ayant des répercussions très négatives. Il ne faut jamais jouer avec le feu.  

 

 

 

 

 

 

Горячая линия

+380 44 280-14-12
+380 44 244-09-61
Телефон горячей линии для граждан за рубежом, попавших в экстренную ситуацию.

Загранучреждения МИД России

Представительства в РФ

Фоторепортаж