3.10.1617:53

Communiqué du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la publication du décret du Président russe sur la suspension, par la Fédération de Russie, de l'Accord sur le recyclage de plutonium militaire excessif

1801-03-10-2016

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Le Président russe Vladimir Poutine a signé un décret suspendant l'Accord sur le recyclage du plutonium, son utilisation et la coopération dans ce domaine signé en 2000 par les gouvernements russe et américain.

Cet accord, signé à une époque où les relations russo-américaines connaissaient une dynamique positive, était entré en vigueur en 2011 dans le cadre du "reset" des rapports entre les deux pays. On espérait alors évoluer vers la limitation du rôle de la force dans la politique, la détente internationale et le renoncement aux sanctions politisées.

Cet espoir s'est malheureusement avéré peu réaliste. En 2012, les États-Unis ont adopté la loi dite "Magnitski" qui a lancé une vague de pression sans précédent sur la Russie par la voie de sanctions prises sous des prétextes imaginaires.

Suite à la réunification entre la Crimée et la Russie en 2014, l'administration américaine a entrepris de nombreuses initiatives hostiles visant à torpiller l'économie russe et la stabilité sociale du pays. On constate parallèlement un renforcement actif de l'infrastructure militaire de l'Otan et du contingent des forces américaines à proximité des frontières russes, ce qui modifie de manière radicale l'équilibre stratégique en Europe et pourrait se solder par le renforcement de l'opposition militaire et des tensions.

L'Administration de Barack Obama a tout fait pour détruire le climat de confiance qui aurait pu favoriser la coopération. Les actions de Washington se sont soldées par un changement radical du caractère des relations russo-américaines dans le domaine de la stabilité stratégique, par rapport à l'époque de la signature et de l'entrée en vigueur de l'Accord sur le recyclage du plutonium. Dans ces conditions, la décision russe de suspendre ce texte correspond parfaitement à la Convention de Vienne sur le droit des traités de 1969.

Cette initiative forcée de la Russie ne vise pas une aggravation de ses relations avec les États-Unis. Nous voulons seulement rappeler à Washington qu'il est impossible d'introduire des sanctions contre Moscou dans les domaines où cela est peu pénible pour les Américains, et de poursuivre en même temps une coopération sélective dans les secteurs avantageux pour eux.

Il faut également rappeler que les États-Unis ont changé la méthode de recyclage du plutonium fixée par les deux parties dans le protocole à l'Accord de 2010, en expliquant cette décision par la nécessité d'économiser des fonds et du temps. Au lieu de brûler le plutonium à l'intérieur de réacteurs nucléaires, la partie américaine veut avoir recours à une version simplifiée de la méthode d'immobilisation: il s'agit de "diluer" le plutonium pour ensuite l'enterrer. Les deux parties ont cependant examiné et rejeté cette option car elle prévoyait un potentiel de réutilisation. Par ailleurs, la partie américaine a annoncé cette initiative alors que nous avions pratiquement terminé la construction des installations très coûteuses pour le recyclage de plutonium.

Nous soulignons que la Russie ne renonce pas à ses engagements dans le domaine du désarmement nucléaire. Le décret du Président russe stipule que le plutonium russe, qui n'est plus indispensable à des fins de défense, ne sera pas utilisé pour des activités militaires.

Nous soulignons que la Russie n'annule pas l'Accord mais suspend seulement son application. Nous espérons que notre position sera prise en considération et qu'on prendra toutes les mesures nécessaires pour rétablir la confiance et éliminer les raisons de ce changement radical de situation dans le domaine de la stabilité stratégique. Nous serons alors prêts à reprendre la mise en œuvre de l'Accord.

x
x
Дополнительные инструменты поиска