Commentaire du Département de l'Information et de la Presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la visite au Japon de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, pour participer au Conseil des ministres des Affaires étrangères du G20

2395-21-11-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera à la prochaine réunion des chefs de diplomatie du G20, qui se déroulera les 22 et 23 novembre à Nagoya (Japon). La majorité écrasante des pays membres du G20 et des États partenaires de dialogue, notamment les présidents actuels de l'ASEAN, de l'APEC, de l'Union africaine et du NEPAD, seront représentés au niveau ministériel. Il est prévu que le Ministre participe à des rencontres bilatérales avec ses homologues des pays du G20.

Cet événement marquera la fin de la présidence japonaise du G20 en 2019. L'objectif est de mobiliser les efforts diplomatiques dans l'intérêt de la mise en œuvre à part entière des ententes obtenues lors du sommet des leaders de ce principal forum économique mondial, qui s'est déroulé du 28 au 29 juin dernier à Osaka. Il s'agit notamment de les transformer en outils pratiques des organisations internationales spécialisées (l'Onu, la Banque mondiale, l'OMC, le FMI, l'OMT, l'OCDE, etc.).

La première réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 a été convoquée en 2012 par le Mexique. L'Allemagne et l'Argentine ont suivi cet exemple en 2017 et en 2018. Les débats au format interministériel revêtent traditionnellement un caractère d'échanges d'opinion libre, se focalisent sur les principales questions d'actualité relatives à l'agenda du G20 et visent la recherche d'un dénominateur politique commun.

A l'initiative du Japon, la réunion de Nagoya accordera une attention particulière à trois sujets importants: 1) le libre-échange et la gouvernance économique mondiale; 2) les objectifs de développement durable; 3) l'Afrique. L'adoption d'un document final n'a pas été planifiée. On s'attend à un résultat pratique du point de vue du rapprochement des positions sur le renforcement de l'architecture des relations internationales et du concours au progrès économique et social. 

Les discours de Sergueï Lavrov souligneront l'importance de confirmer le caractère immuable de la Charte de l'Onu en tant que source du droit international, et le rôle primordial de l'Onu dans l'établissement de la coopération interétatique sur tout l'éventail des problèmes globaux. Il présentera en détail les derniers événements relatifs à l'élargissement du partenariat diversifié entre la Russie et les pays d'Afrique, notamment le sommet et le forum économique Russie-Afrique qui se sont déroulés les 23 et 24 octobre à Sotchi.

Le G20 constitue un modèle représentatif de réaction aux défis actuels de l'économie globale et se base sur un respect équilibré des intérêts des pays développés et émergents. Il est apparu d'abord en 1999 comme une plateforme des ministères des Finances et des banques centrales pour se transformer ensuite en sommet des leaders en 2008, ce qui s'expliquait à l'époque par la nécessité d'adopter des mesures actives en réponse à crise financière et économique globale.

Au fil de l'évolution du G20, son travail vise de plus en plus à anticiper les tendances à long terme de l'économie mondiale, à réaliser au maximum son potentiel de production, à formuler les stratégies de développement du futur. Outre le maintien des questions de base telles que la protection de la stabilité financière et économique, le G20 planche ces derniers temps sur l'assurance de la transition vers l'économie numérique et la promotion de la réforme des institutions-clés de gouvernance économique globale telles que l'OMC et le FMI.

Le G20 ne prétend pas au rôle central de l'Onu dans les affaires internationales, mais favorise la recherche de compromis et la contribution concertée des principales économies mondiales à la création de conditions favorables à l'accélération de la croissance globale, à l'augmentation de la productivité du travail et à l'élimination de toutes les formes de discrimination. Ce forum soutien de manière cohérente la formation d'un système économique mondial qui serait ouvert, juste, non-discriminatoire et orienté vers un développement durable.  

Le dernier sommet des leaders du G20 s'est déroulé les 28 et 29 juin 2019 à Osaka et s'est soldé par de nouveaux accomplissements considérables. Dans le contexte de l'inertie visible d'autres ensembles interétatiques ayant un profil similaire, le G20 continue de rechercher efficacement des règlements universellement acceptables et de proposer des solutions constructives. La déclaration adoptée à Osaka confirme son attachement aux approches multilatérales dans la communication internationale, à l'encouragement du commerce, aux investissements dans les projets d'infrastructure, à la lutte contre les changements climatiques, à la lutte contre la corruption, etc.

Une place notable est accordée à l'agenda numérique. Le G20 a établi en 2019 les principes de gestion de l'intelligence artificielle, a fixé des initiatives supplémentaires concernant l'adaptation de l'éducation et des marchés de travail, la promotion du commerce électronique, la concertation des principes de taxation des entreprises numériques. Il s'agit d'élargir considérablement la coopération scientifique et technologique dans différentes industries et d'établir des échanges de meilleures pratiques entres les agglomérations.

La Russie participe activement aux activités du G20. Elle a assisté aux origines de beaucoup de processus thématiques majeurs de l'organisation. Lors de sa présidence du G20 en 2013, elle a posé dans le cadre du forum les bases de la coopération dans le domaine de la prévention de l'érosion de l'assiette fiscale et de l'évasion fiscale, du financement des investissements, de la création des emplois de qualité.

Nous visons à maintenir cette dynamique. Dans le cadre du G20, nous continuerons d'appeler nos partenaires à des initiatives concrètes visant à assurer la stabilité des dettes publiques, à créer un cadre juridique au retour des actifs économiques criminels et sortis à l'étranger de manière illégale, à augmenter les compétences économiques de la population, à protéger les droits des acheteurs en ligne. Nous préparons plusieurs nouvelles initiatives en vue de la présidence saoudienne du G20.

 

 


 

Affichage de 1 résultat(s).
x
x