21 novembre 201917:26

Allocution d'Igor Morgoulov, vice-Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie lors de la réunion de haut niveau Onu-OCS, New York, le 19 novembre 2019

2401-21-11-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Monsieur Guterres,

Monsieur Norov,

Mesdames et Messieurs,

Les réunions régulières entre l'Organisation des Nations Unies et l'Organisation de coopération de Shanghai sont devenues une tradition positive et sollicitée. Elles contribuent au renforcement de la coopération bilatérale pour la consolidation de la paix, de la sécurité et de la stabilité, qui se développe de façon soutenue depuis que l'OCS a obtenu le statut d'observateur auprès de l'Onu en 2004.

La rencontre d'aujourd'hui est consacrée au problème de la fusion du terrorisme et du crime organisé, ainsi qu'au financement des activités terroristes par les bénéfices de trafics illicites de stupéfiants. La pertinence de cette initiative est d'autant plus évidente qu'une partie importante des bénéfices générés par le trafic mondial de drogues sert à alimenter le terrorisme.

Depuis sa création en 2001, l'Organisation de coopération de Shanghai s'est imposée comme une association interétatique universelle, dont les activités couvrent tous les domaines, y compris la politique, la sécurité, l'économie et les contacts humanitaires. Comme ceci a déjà été dit, l'OCS est aujourd'hui un acteur crédible des relations internationales, un partenaire reconnu et fiable. L'espace de l'Organisation qui regroupe 18 États membres, ainsi que ses observateurs et interlocuteurs, représente presque la moitié de la population mondiale et environ un quart du PIB mondial.

Le fort potentiel politique, économique, culturel et civilisationnel, ainsi que les dimensions géographiques impressionnantes de l'espace de l'OCS – de l'Asie du Sud-Est à l'Europe – ouvrent de vastes perspectives pour enrichir davantage le contenu des interactions entre l'Onu et l'OCS. Cette vision a été confirmée lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le sujet de la coopération de l'Onu avec les organisations régionales, qui s'est tenue en septembre sous la présidence russe avec la participation de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, et Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.

Chers collègues,

L'engagement ferme en faveur des principes et normes fondamentaux du droit international, consacrés dans la Charte de l'Onu, reste la base des activités de l'OCS. Les efforts conjoints de ses États membres visent à créer une architecture globale de la sécurité fiable et du développement durable.

La promotion active de cette vision fait partie des priorités de la présidence russe à l'OCS en 2019-2020, telles que définies par le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine.

Nous accordons une attention particulière à la consolidation encore plus forte des États membres de l'OCS au sein de l'Onu et d'autres organisations internationales, dont témoigne justement notre réunion d'aujourd'hui. A notre avis, il est important d'assurer l'élargissement d'un dialogue politique constructif, la résolution efficace de toutes les tâches relatives à la non-prolifération des armes de destruction massive, au contrôle des armements et à la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, ainsi que de contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durables jusqu'en 2030 et de renforcer la confiance mutuelle et la coopération entre les peuples.

Pendant la présidence russe à l'OCS, nous avons prévu d'organiser plus de 90 évènements, dont certains ont déjà eu lieu. En septembre, Moscou a accueilli une réunion sur la question de la prévention de la course aux armements dans l'espace, à l'issue de laquelle il a été décidé de préparer une déclaration des leaders des États membres de l'OCS sur ce sujet. Les consultations de novembre sur la sécurité internationale de l'information ont appuyé notre proposition de promouvoir ensemble au sein de l'Onu les résolutions qui portent notamment sur la lutte contre l'utilisation des technologies de l'information et des télécommunications à des fins criminelles. Demain, les experts des États membres de l'OCS se réuniront à Moscou pour discuter des questions de la coopération dans le domaine de la biosécurité.

Le volet principal de l'activité de l'OCS, c'est la réponse efficace à une croissance objective des défis et menaces à la sécurité. Ce travail repose sur une base juridique et conventionnelle solide, dont les éléments importants sont différents conventions, accords, stratégies et programmes spéciaux. Et je tiens à souligner que certains documents sont ouverts à l'adhésion des États intéressés, comme par exemple la Convention pour la lutte contre l'extrémisme. Nous vous invitons à en prendre connaissance avec attention.

Créée en 2002, la Structure antiterroriste régionale de l'OCS à Tachkent est bien opérationnelle. Elle assure une interaction efficace dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, y compris la coordination des efforts de différentes structures compétentes des États membres.

Avec une symbiose croissante du terrorisme, de l'extrémisme, du trafic de drogues et du crime organisé transfrontalier, l'importance d'assurer la sécurité informatique devient encore plus évidente avec la nécessité urgente d'élaborer une approche globale pour neutraliser toutes ces menaces. À cet égard, la Russie a avancé son initiative de moderniser les mécanismes d'interaction existants, de transformer la Structure antiterroriste régionale en un Centre universel de la lutte contre les défis et les menaces à la sécurité des États membres de l'OCS. Cette initiative russe fait actuellement l'objet de discussions actives au sein de l'Organisation.

Nous accordons une attention particulière au renforcement de l'interaction avec l'Onu, surtout avec le Comité contre le terrorisme et l'Office contre la drogue et le crime. La prochaine étape pratique dans cette voie sera la réunion du Groupe de travail sur le contrôle des précurseurs qui se tiendra dans les prochains jours à Shanghai dans le cadre du Pacte de Paris.

La situation en Afghanistan fait toujours l'objet d'une attention particulière. Nous considérons que le rétablissement de la paix dans ce pays est un facteur crucial pour le renforcement de la sécurité dans l'ensemble de l'espace de l'OCS.

La récente attaque des combattants de l'État islamique contre un poste frontalier au Tadjikistan a confirmé une fois de plus que la menace terroriste dans la région reste réelle. Les revenus du trafic de drogue restent toujours une des sources d'alimentation des activités terroristes. Je ne vais citer qu'un chiffre. Comme l'indique le rapport de l'inspecteur général spécial des États-Unis pour la reconstruction de l'Afghanistan John Sopko, en 2018, 6400 tonnes d'opium ont été produites en Afghanistan, dont seulement 8% ont été saisies. Les chiffres sont plus que révélateurs.

La Russie, tout comme d'autres États membres de l'OCS, appuie pleinement l'aspiration du peuple afghan à la paix et au développement économique. À notre initiative, avec le soutien actif de tous les partenaires, le Groupe de contact OCS-Afghanistan a repris ses travaux au niveau des vice-ministres des Affaires étrangères. Nous avons déjà tenu deux réunions et adopté une feuille de route qui prévoit des démarches conjointes visant à développer la coopération dans les domaines de la sécurité, du commerce, de l'économie et des relations culturelles et humanitaires.

Nous apportons un soutien actif à la promotion du processus de paix inclusif avec la participation des Afghans eux-mêmes dans l'intérêt du règlement politique avec le rôle coordinateur de l'Onu. Dans ce contexte, je me félicite de la tenue à Moscou en février et en mai derniers des réunions dans le cadre du Dialogue inter-afghan, ainsi que des consultations tripartites des représentants spéciaux de la Russie, de la Chine et des USA, dont la dernière série a eu lieu en octobre dernier à Moscou avec la participation de la partie pakistanaise.

Chers collègues,

L'OCS a toujours préconisé l'amélioration de l'architecture de la gouvernance globale, le renforcement du système commercial international, basé sur les règles de l'Organisation mondiale du commerce, et la mise en œuvre cohérente des Objectifs de développement durable 2030, et a toujours considéré que les mesures protectionnistes unilatérales et les sanctions étaient inacceptables.

Nous sommes convaincus que l'élimination de la pauvreté et la création des conditions permettant aux citoyens de vivre dignement, sont un facteur décisif pour contrer les idées extrémistes et contenir la propagation de l'idéologie terroriste. Voilà pourquoi l'une des premières priorités de la Russie est d'assurer, ensemble avec ses partenaires de l'OCS, une synergie des potentiels des stratégies nationales et des projets d'intégration multilatéraux. En faisant la promotion systématique de l'initiative du Grand partenariat eurasien, nous visons à créer en Eurasie un vaste espace de coopération ouverte, mutuellement bénéfique et équitable, avec la participation des pays de l'OCS, de l'Union économique eurasienne, de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est, qui sera aussi ouvert à nos collègues de l'UE.

Pendant notre présidence, nous souhaitons faire avancer la coopération tant dans les domaines traditionnels – commerce, investissements, industrie, agriculture, transports, énergie – que dans les domaines nouveaux tels que la haute technologie, l'innovation, la numérisation de l'économie, y compris le développement des zones rurales et reculées et les contacts interrégionaux. Des mesures concrètes seront prises pour mettre en œuvre la nouvelle édition du Programme de coopération commerciale et économique multilatérale de l'OCS adoptée en novembre dernier.

Une place particulière est accordée au développement de la coopération dans le domaine humanitaire. Une grande attention est portée à la mise en œuvre par le Conseil de la jeunesse de l'OCS des dispositions du Message conjoint des chefs des États membres de l'OCS pour la jeunesse qui visent à prévenir l'engagement des jeunes dans les activités extrémistes.

L'un des plus grands évènements politiques à venir sera la célébration du 75e anniversaire de la Victoire contre le nazisme dans la Seconde guerre mondiale. Cela permettra d'attirer l'attention de la communauté internationale, avant tout de la jeune génération, aux sujets tels que la préservation de la mémoire historique, la prévention de la falsification de l'histoire, la lutte contre les idées extrémistes et l'idéologie terroriste. Nous sommes convaincus que cela répond aux intérêts partagés par l'ensemble de l'humanité.

Chers collègues,

Il est impossible d'aller de l'avant sans la confiance mutuelle, le respect et les efforts conjoints. Nous souhaitons avoir une coopération étroite, ouverte et équitable avec tous les États et organisations internationales intéressés, avant tout avec les Nations Unies. Nous allons intensifier notre travail conjoint conformément à la Déclaration commune Onu-OCS 2010 et à d'autres documents signés par le Secrétariat de l'OCS avec les institutions spécialisées des Nations Unies.

Merci de votre attention.

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)

x
x
Outils supplémentaires de recherche