24 décembre 201917:21

Réponse de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, à la question d'un média sur la situation de l'agence de presse Sputnik en Estonie

2669-24-12-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Question: Comment pourriez-vous commenter les récents propos du Ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Reinsalu sur l'adoption par Tallin de sanctions contre l'agence de presse Sputnik, après qu'Harlem Désir, Représentant de l'OSCE pour la liberté des médias, a appelé l'État estonien à s'abstenir de restriction inutiles?

Réponse: Nous considérons comme un signal très inquiétant le rejet, par le pouvoir estonien, des recommandations du Représentant de l'OSCE pour la liberté des médias Harlem Désir concernant l'agence de presse Sputnik en Estonie. Il est absolument inacceptable et infondé de qualifier le bureau de l'agence de "département des opérations dans le domaine de l'information".

L'Estonie bafoue encore une fois le droit de l'agence de presse, qui a été enregistré dans le pays conformément aux règles existantes et respecte les standards universels du journalisme dans son travail, de se considérer comme un média. Mais pour quelle raison? Si Tallinn dispose de faits prouvant la non-conformité éventuelle du bureau de Sputnik aux objectifs déclarés, il faut qu'il les présente publiquement. Si ces faits n'existaient pas - comme c'est toujours le cas - il faut s'excuser pour cette diffamation.

Les actions estoniennes constituent une activité de provocation planifiée contre les médias russes, une tentative de torpiller les garanties du travail journalistique assurées par le droit international afin d'éroder le statut des médias et de les transformer en objet de pression politique directe.  

x
x
Outils supplémentaires de recherche