8 juillet 202014:22

Allocution d'ouverture de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, lors des consultations politiques avec les ministres des Affaires étrangères du "trio" de l'Union africaine (Afrique du Sud, Égypte, République démocratique du Congo) en visioconférence, Moscou, 8 juillet 2020

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Chers collègues,

Je suis ravi de vous voir. Nos experts sont en train de se charger du problème technique concernant la connexion du Caire. Nous avons vérifié hier, le système fonctionnait normalement, mais des problèmes sont survenus aujourd'hui, ce qui souligne une nouvelle fois l'importance des contacts personnels que nous rétablirons très prochainement, j'en suis certain, dès que l'épidémie de coronavirus contre laquelle nous luttons sera passée. Nous parlerons également de ce thème aujourd'hui. Le format vidéo est évidemment utile. Mais je souligne qu'il ne remplace pas les contacts personnels.

Nous voyons qu'hormis les problèmes liés à la propagation du coronavirus à travers les pays et les continents, dans ces conditions se manifestent les lacunes du système contemporain de gestion globale internationale. Dans une situation où nous devons tous nous unir contre une menace commune, certains de nos collègues sur la scène internationale, malheureusement, tentent de spéculer sur la situation actuelle, de promouvoir leurs intérêts égoïstes au détriment des intérêts des autres, y compris en poursuivant leurs efforts pour renverser les régimes indésirables, pour s'ingérer dans les affaires intérieures d'États souverains. Dans l'ensemble nous constatons des tentatives de saper les fondements du système universel du droit international qui repose sur les principes de la Charte de l'Onu, et d'instaurer un "ordre basé sur des règles" au lieu des normes universelles du droit international.

Nous sommes certains que ces efforts pour promouvoir les intérêts unilatéraux sont nuisibles, infligent un sérieux préjudice aux intérêts communs de la communauté internationale exigeant la consolidation et la solidarité. C'est cette approche qui a été adoptée par nos amis africains et la Russie pendant le premier sommet Russie-Afrique de l'histoire à Sotchi en octobre 2019, où nous nous sommes prononcés pour le renforcement du droit international au profit de la stabilité mondiale, et lors duquel nos présidents et premiers ministres ont réaffirmé la volonté de poursuivre une coopération étroite pour développer le partenariat dans tous les domaines et dans le but d'empêcher les conflits en Afrique selon le principe "aux problèmes africains une solution africaine".

Nous sommes certains qu'à terme l'approfondissement de notre partenariat sur tous les axes conformément à la Déclaration adoptée à Sotchi jouera un rôle important et stabilisateur dans les affaires régionales et mondiales.

 

 

 

 

Calendar

x
x

Archive

Outils supplémentaires de recherche