18 juin 202017:21

Allocution et réponses à la presse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, lors d'une conférence de presse à l'issue de son entretien avec Ivica Dacic, vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de la République serbe, Belgrade, 18 juin 2020

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Merci beaucoup, cher Ivica,

Mesdames et messieurs,

Nous menons à Belgrade des pourparlers très utiles, nourris et de confiance sur l'agenda bilatéral et international.

Pendant mon entretien avec le Président serbe Aleksandar Vucic, et au Ministère serbe des Affaires étrangères, nous avons noté aujourd'hui les profonds liens historiques, culturels, spirituels et civilisationnels entre nos peuples, consolidés dans plusieurs guerres, dans la lutte pour la juste cause et notamment la victoire contre le fascisme dont nous célébrons le 75e anniversaire cette année. Nous remercions le Président serbe Aleksandar Vucic d'avoir accepté l'invitation du Président russe Vladimir Poutine à participer au défilé sur la place Rouge ce mercredi 24 juin.

Nous avons évoqué l'état de notre coopération pratique, notamment dans le secteur matériel. Nous avons constaté une hausse significative des échanges l'an dernier - de 23% - et noté à cet égard le travail très utile et productif du Comité intergouvernemental russo-serbe pour le commerce, la coopération économique, scientifique et technique. Le Ministre serbe des Affaires étrangères Ivica Dacic préside sa partie serbe, et le vice-Premier ministre Iouri Borissov sa partie russe. La dernière réunion de cette structure importante s'est déroulée en mars 2020 à Kazan. Nous avons soutenu aujourd'hui le travail pour la mise en œuvre des décisions prises pendant cette réunion.

Nous constatons la réalisation active de grands projets stratégiques communs. Notamment le projet "Industrie pétrolière de la Serbie" (NIS), dont Gazprom neft est le principal actionnaire. NIS est devenue une locomotive de l'économie serbe et l'une des principales compagnies régionales dans les Balkans. Le montant des investissements totaux a dépassé 3 milliards de dollars, et des investissements supplémentaires sont prévus. La compagnie assure 13% des recettes budgétaires de la Serbie.

Une grande contribution à la modernisation de l'économie serbe est apportée par le programme de reconstruction des chemins de fer avec un rôle conséquent de la compagnie russe RZD International, grâce aux crédits d'exportation russes pour un montant total de 1 milliard de dollars. Grâce à ce travail très avancé, la qualité du réseau ferroviaire s'améliore considérablement. La réalisation de ce projet augmentera considérablement la capacité de passage et le potentiel de transit du réseau ferroviaire serbe.

Nous avons également constaté aujourd'hui les bonnes perspectives dans le domaine des technologies contemporaines, y compris le nucléaire civil et l'exploitation pacifique de l'espace extra-atmosphérique. Des perspectives supplémentaires s'ouvrent suite à la signature en automne 2019 de l'Accord sur la zone de libre-échange entre la Serbie et l'Union économique eurasiatique (UEE).

Lors de l'examen de l'agenda régional et international, nous avons réaffirmé la coïncidence de nos positions sur la plupart des sujets. Moscou et Belgrade prônent le renforcement des initiatives démocratiques de la vie internationale, la construction de la communication interétatique sur les fondations solides du droit international, avant tout des principes de la Charte de l'Onu. Nous sommes convenus de poursuivre notre coordination étroite sur différentes plateformes multilatérales dont l'Onu, l'OSCE, et le Conseil de l'Europe.

Nous avons réaffirmé la disposition de notre pays à soutenir les partenaires serbes dans la défense des droits légitimes de la Serbie vis-à-vis du Territoire autonome du Kosovo. Nous sommes d'accord pour dire que la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui reste entièrement d'actualité, continue de jouer un rôle fondamental dans le processus de paix kosovar.

Nous avons également évoqué la situation dans d'autres régions de l'Europe du Sud-Est, dans les Balkans. De notre côté, nous avons exprimé notre soutien à la politique serbe visant à établir des relations constructives de bon voisinage avec tous les pays des Balkans. Nous trouvons positifs les efforts de Belgrade pour le maintien de la paix et de la stabilité dans cette partie importante du continent européen.

Nous sommes très satisfaits par les résultats des pourparlers d'aujourd'hui. Des entretiens supplémentaires sont prévus aujourd'hui à Belgrade. Nous vous en parlerons ultérieurement. Pour terminer, je voudrais remercier encore une fois nos amis serbes, et Ivica personnellement, pour l'hospitalité traditionnelle et l'amitié dont ils témoignent à notre égard. Je lui réaffirme mon invitation à se rendre en Fédération de Russie pour une visite retour.

Question (adressée à Ivica Dacic): Le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a récemment critiqué les actions de la Russie et de la Chine en rapport avec l'aide apportée à plusieurs pays pour combattre la pandémie. Y a-t-il eu des ultimatums de Bruxelles ou des propos désagréables adressés à la Serbie par rapport à l'aide russe?

Sergueï Lavrov (ajoute après Ivica Dacic): Le 16 juin 2020, j'ai organisé une visioconférence avec le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Il n'a exprimé aucun reproche à notre égard ou envers la Chine par rapport à la situation dans la lutte contre le coronavirus.

Comme Ivica Dacic, j'ai entendu plusieurs représentants occidentaux se référer à ce thème en commentant leurs actions dans la lutte contre la pandémie. Ils ont qualifié les actions de la Russie en matière de soutien à la Serbie, à l'Italie et à d'autres pays de 'propagande', de "villages Potemkine", etc. Nos collègues occidentaux ont mis en garde certains partenaires qui nous demandaient une aide supplémentaire. Ils déclaraient que la Russie n'accordait jamais rien gratuitement. Nous avons un proverbe qui dit "qui se sent galeux se gratte". Ou encore: chacun comprend à la hauteur de son éducation (ou l'inverse). Si certains analystes occidentaux pensent que quand quelqu'un aide les autres, alors il faut absolument obtenir quelque chose en retour - il faut comprendre que telles sont les valeurs dans les milieux libéraux. Dans notre milieu, avec la Serbie et avec d'autres pays qui professent les vraies valeurs chrétiennes et orthodoxes, une aide gratuite est une chose normale entre amis.

Question: Quelle information avez-vous transmise au Président serbe Aleksandar Vucic pour le déstabiliser à tel point? Peut-être quelque chose de similaire à la résolution 1244 avec laquelle, à l'époque, la Russie avait empêché au Conseil de sécurité des Nations unies la proclamation des Serbes de "peuple génocidaire"? Pouvez-vous parler des détails de cette décision de compromis?

Sergueï Lavrov: Pas la peine de continuer d'inventer. Avec de telles capacités il faut vous inclure à l'équipe de négociations, et vous pourrez vous-même proposer des compromis.

Comme cela a été dit, nous n'avons pas "transmis des informations", nous avons échangé notre avis sur les événements à la vue de tous, les idées dans l'espace public, qui suscitent dans une certaine mesure la préoccupation de la Serbie. Nous la partageons.

 

 

Affichage de 1 résultat(s).

Calendar

x
x

Archive

Outils supplémentaires de recherche