27 novembre 201920:45

Allocution et réponses à la presse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, à l'issue de la réunion conjointe du Conseil des ministres des Affaires étrangères (CMAE), du Conseil des ministres de la Défense (CMD) et du Conseil des secrétaires des conseils de sécurité (CSCS) de l'OTSC, Bichkek, 27 novembre 2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Je voudrais partager avec vous les résultats de la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères (CMAE), du Conseil des ministres de la Défense (CMD) et du Conseil des secrétaires des conseils de sécurité (CSCS) de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). La réunion avait été bien préparée. Nous nous sommes concentrés sur le renforcement du potentiel de l'OTSC dans différents secteurs. Nous avons étudié les projets de documents qui seront soumis demain à l'étude des chefs d’État de l'OTSC à la session du Conseil de sécurité collective (CSC). Ce paquet est solide. Parmi les documents politiques importants, je mentionnerais le projet de Déclaration conjointe sur le perfectionnement de l'interaction et de la coopération régionale et mondiale qui sera approuvée demain par les chefs d’État de l'OTSC. Il est évident que dans une situation où la sécurité mondiale est sérieusement ébranlée, il est important que toute la communauté internationale fasse respecter les accords fixés dans les documents juridiquement contraignants, notamment les décisions du Conseil de sécurité des Nations unies, différentes conventions et tous les documents constituant le droit international contemporain basé sur la Charte de l'Onu.

Les chefs d’État accorderont une attention particulière au travail de l'OTSC pour faire face aux nouveaux risques et défis. Ils examineront le programme d'action pour la mise en œuvre au sein de l'OTSC de la stratégie antiterroriste mondiale de l'Onu pour 2019-2021, et les propositions sur le perfectionnement du travail de l'OTSC afin de prévenir les crimes dans le domaine de l'information.

Vous le savez, l'année prochaine sera une année anniversaire et les chefs d’État approuveront le Plan des activités de célébration du 75e anniversaire de la Victoire dans la Grande Guerre patriotique.

Pendant la réunion du CMAE ont également été adoptés les documents des chefs de diplomatie. Il est question de la Déclaration sur les efforts pour stabiliser la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et un autre document systémique très important suite aux consignes collectives approuvées dans le cadre de l'OTSC pour nos ambassadeurs et représentants permanents: la Liste de 14 documents qui seront préparés conjointement et diffusés à l'Onu, à l'OSCE et sur d'autres plateformes internationales au nom des pays membres de l'OTSC l'an prochain.

Nous nous sommes entretenus avec nos collègues kirghizes, nous avons signé le Plan de consultations entre les ministères des Affaires étrangères.

Demain, à l'issue de la réunion du CSC, la Russie prendra la présidence de l'OTSC pour l'an prochain. A ce titre nous avons brièvement informé nos collègues des priorités proposées par la Fédération de Russie pour l'année à venir. Le Président russe Vladimir Poutine en parlera plus en détail demain pendant la réunion du CSC.

Question: Est-ce que le Président ukrainien Vladimir Zelenski a demandé une rencontre à part avec le Président russe Vladimir Poutine en marge du sommet du "quartet Normandie" à Paris?

Sergueï Lavrov: Il convient d'adresser ces questions à l'Administration du Président qui est chargée du calendrier de Vladimir Poutine.

Question: Les terroristes sont chassés de Syrie, ils cherchent à s'installer dans d'autres pays. En lien avec cette tendance, dans quel mesure le rôle de l'OTSC prend-il de l'importance?

Quel est l'avenir de l'OTSC? Est-il prévu d'y faire adhérer de nouveaux membres? Des négociations sont-elles en cours avec un pays en particulier?

Sergueï Lavrov: L'OTSC prend depuis longtemps des mesures afin de protéger tous les pays membres contre la menace du terrorisme, des stupéfiants et d'autres, notamment la migration illégale. Une opération spéciale a été élaborée. Elle est menée sur une base annuelle. Les plans pour le déroulement de telles activités sont régulièrement mis à jour.

Nous accordons une attention particulière à la frontière que nos alliés de l'Asie centrale partagent avec l'Afghanistan. Un très grand nombre de problèmes s'accumule dans ce pays. La situation ne s'améliore pas. Un espoir reposait sur les élections de septembre. Mais selon la tradition afghane, qui ne suscite pour une raison qu'on ignore aucune question chez nos collègues occidentaux, le dépouillement des bulletins n'est toujours pas achevé. Cela fait plus de deux mois. J'ai l'impression que cela ne sera pas terminé d'ici la fin de l'année. Pendant ce temps les problèmes s'accumulent, notamment celui des combattants terroristes étrangers - qui est l'objet de votre question - qui avant que les Américains n'organisent leur jeux flous dans le Nord-Est de la Syrie, pénétraient déjà en Afghanistan et dans d'autres pays depuis le territoire syrien et libyen. Ils se retranchent sérieusement en Afghanistan, ils sont plusieurs milliers. C'est Daech. L'OTSC accorde une attention particulière au renforcement des frontières de nos alliés avec l'Afghanistan. En particulier, des mesures particulières sont prises pour équiper nos collègues garde-frontières tadjiks afin de renforcer leur capacité à neutraliser les menaces terroristes et à empêcher les infiltrations de terroristes.

En ce qui concerne l'OTSC et son avenir, je pense que l'avenir de cette Organisation est très stable. Notamment parce que les risques grandissent, et qu'il est bien plus efficace de les combattre ensemble. Cela a une signification particulière pour la Russie car nous n'avons pas de frontière avec les pays d'Asie centrale. Elle est pratiquement libre. Notre devoir commun consiste à empêcher la violation du périmètre extérieur des États membres de l'OTSC.

Quant à l'adhésion d'autres pays au travail de l'OTSC, depuis plusieurs années il existe des exemples d'interaction dans le cadre de plusieurs activités à part. Par exemple, nos collègues serbes participent à titre d'observateurs à l'Assemblée parlementaire de l'OTSC. S'ils le souhaitaient ils pourraient prendre part en tant que participants ou observateurs à des exercices organisés par l'OTSC, notamment antiterroristes. Cette expérience peut être étendue à d'autres pays également.

Du point de vue des paramètres juridiques, il a été décidé l'an dernier de créer le statut d'Observateur auprès de l'OTSC et de Partenaire de l'OTSC. Les documents juridiques sont prêts. Ils précisent les droits des Observateurs et des Partenaires. Ces documents sont en accès libre. Il est possible d'en prendre connaissance. Aujourd'hui, nous travaillons sur les questions concernant l'éventuelle demande d'un tel statut par des pays tiers.

Affichage de 1 résultat(s).

Calendar

x
x

Archive

Outils supplémentaires de recherche