Agrégateur de contenus

24 août 202116:43

Commentaire de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, concernant le déroulement à Kiev de la "Plateforme de Crimée"

1644-24-08-2021

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Nous avons remarqué l'activité qui s'est déroulée à Kiev ce 23 août sous le nom de "sommet de la Plateforme de Crimée". L'objectif déclaré de ce projet politique mis en place avec une participation active d'experts gouvernementaux américains, britanniques et européens, et financé par l'Agence des États-Unis pour le développement international, est "la désoccupation de la Crimée et son retour en Ukraine".

Les participants du sommet étaient en adéquation avec l'ordre du jour: il s'agissait essentiellement de pays de l'Otan et de certaines organisations internationales réunies par l'illusion commune que la péninsule de Crimée doit faire partie de l’État ukrainien actuel et qu'elle peut être séparée de la Fédération de Russie en renforçant la pression politique et économique sur notre pays.

A cet égard, je voudrais noter ce qui suit.

La question relative au retour de la Crimée au sein de la Fédération de Russie a été définitivement close en mars 2014. Cette décision, durement acquise, a été prise par les habitants de la péninsule par référendum après le coup d’État anticonstitutionnel à Kiev en février 2014. Cela a permis aux Criméens de rester fidèles à leur histoire, à leur culture russe, de conserver le droit de parler leur langue natale, y compris l'ukrainien et le tataro-criméen, tout en évitant l'opération punitive et la guerre civile qui a été ensuite déclenchée par le régime de Kiev dans le Donbass, ainsi que les cruautés fascistes subies par les habitants d'Odessa en mai 2014.

Dans ces conditions, l'initiative ukrainienne actuelle est un populisme pur et simple, un spectacle politique détaché de la réalité ayant pour seul objectif de maintenir le thème de la présence temporaire de la Crimée au sein de l'Ukraine dans l'espace médiatique.

En même temps, comme nous avions averti, nous serons contraints de considérer la présence de certains pays, organisations internationales et leurs représentants à la "Plateforme de Crimée" comme une atteinte à l'intégrité territoriale de la Fédération de Russie, ce qui se reflétera inévitablement sur nos relations.

Autre point. La déclaration finale du "sommet" appelle la Fédération de Russie à "se joindre" à l'activité de la "Plateforme de Crimée". Nous ne voyons aucune possibilité de participer à cette action politique compte tenu de son orientation antirusse cynique.

En même temps, nous sommes totalement disposés à coopérer avec tous nos partenaires internationaux au dévoilement du potentiel unique de la Crimée russe. Nous invitons pour cela nos amis étrangers sur la péninsule afin de participer aux véritables plateformes criméennes sur la coopération économique, sociale et culturelle.

Outils supplémentaires de recherche