Agrégateur de contenus

21 décembre 201914:49

Commentaire du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant les sanctions des États-Unis contre les gazoducs

2651-21-12-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Nous observons avec intérêt les États-Unis dépasser une frontière symbolique dans leur politique étrangère, en commençant d'introduire les sanctions - auxquelles la Russie s'est habituée il y a longtemps - contre leurs propres alliés. Ces mesures figurent dans la loi du 20 décembre sur les dépenses militaires américaines en 2020, dans la section "Sur la protection de la sécurité énergétique de l'Europe".

Cette dénomination est déroutante. Il ne s'agit en réalité pas d'une volonté d'aider les Européens à assurer leur approvisionnement en énergie pour un prix raisonnable, mais de les priver d'une source garantie de cet approvisionnement qu'est la Russie. Qui plus est, la volonté de nuire aux exportations russes n'est pas la seule, voire la principale raison. On constate clairement l'envie évidente d'imposer à l'Europe le gaz liquéfié américain, plus cher que le combustible russe transporté par les gazoducs, de freiner le développement de son économie, de torpiller ses capacités à concurrencer les États-Unis sur les marchés internationaux. Ainsi, les Européens sont perdants de tous les points de vue.    

A ces fins, les États-Unis n'envisagent pas de sanctionner les sociétés russes mais les entreprises européennes qui participaient à la construction des gazoducs Nord Stream 2 et Turkish Stream. Washington a décidé de ne plus ménager personne, même ses partenaires les plus proches de l'Otan, au nom de ses ambitions géopolitiques et de son avantage commercial.

La Russie a toujours mis en œuvre ses projets économiques indépendamment des sanctions extérieures, et continuera de le faire. Dans tous les cas, il sera intéressant d'évaluer le degré de souveraineté réelle des pays européens, notamment de l'Allemagne, auxquels Washington ordonne aujourd'hui de financer docilement le secteur énergétique américain en oubliant leurs propres intérêts économiques.

Outils supplémentaires de recherche