23 octobre 200221:43

INTERVIEW ACCORDÉE À RIA-NOVOSTI PAR LE PORTE-PAROLE DU MINISTÈRE RUSSE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, ALEXANDRE IAKOVENKO, À L'OCCASION DU FORUM DE L'APEC

2172-23-10-2002

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

QUESTION: On sait bien que, du 23 au 27 octobre prochain, Los Cabos, au Mexique, sera le lieu du Forum de l'Association de coopération économique Asie-Pacifique (APEC). Quel est le rôle de cette organisation au développement de la coopération entre les pays du Pacifique, et quelle place y tient-elle au juste?

REPONSE: Nous considérons l'Association de coopération économique Asie-Pacifique comme un mécanisme parfaitement unique en son genre pour mener un dialogue sur les problèmes clés du commerce et des investissements, comme un mécanisme de partenariat économique et technique en Asie-Pacifique.

Ces derniers temps, le Forum réserve une grande attention aux problèmes de la mondialisation et de l'affirmation d'une "nouvelle économie", ainsi qu'à leur impact, souvent contradictoire, sur les sphères économique et sociale. Nous estimons nécessaire de faire en sorte que ces processus objectifs en cours profitent à tous les pays indépendamment du niveau de leur développement.

Bien plus, nous sommes parfaitement persuadés que le bon fonctionnement du Forum réunira toutes les conditions pour le développement continu et sans conflits de cette vaste région, tout en contribuant à la solution de bien des problèmes économiques, sociaux, écologiques et autres qui se sont accumulés dans cette partie du monde.

Los Cabos va accueillir la dixième édition du sommet des capitaines des économies, faisant partie de l'APEC. Grâce à ces rencontres annuelles au sommet, le Forum a d'ores et dйjà acquis un puissant potentiel qui lui permet d'exercer son impact sur divers aspects de la politique économique et commerciale dans la région et le monde, mais également de contribuer au renforcement de la paix et de la sécurité, tant en Asie-Pacifique que sur l'ensemble de la planète.

Le programme du Forum à Los Cabos prévoit des interventions des chefs d'Etat au Sommet d'affaires de l'APEC qui regroupe l'élite du monde des affaires de l'Asie-Pacifique. Des contacts bilatéraux sont également prévus en marge des travaux du Conseil consultatif d'affaires.

Le sommet des leaders de l'APEC sera précédé, les 23 et 24 octobre prochain, par une rencontre des ministres des Affaires étrangères et des ministres du Commerce des pays participants.

QUESTION: Quels problèmes se trouveront au centre de l'attention des participants au Forum?

REPONSE: Dans le contexte du principal thème du sommet et de la rencontre ministérielle à Los Cabos - "L'élargissement de l'accès aux avantages du développement et de la croissance économique - la progression vers l'objectif-programme du Forum" - nous sommes pour que l'APEC se concentre, essentiellement, sur les problèmes du perfectionnement de la coopération économique et technique, sur la nécessité de mettre en place un système plus rationnel de commerce international.

Nous apprécions énormément le fait même que les tâches de la lutte contre le terrorisme international ont été portées à l'ordre du jour du Forum, tout comme cela a, d'ailleurs, été le cas au précédent sommet à Shanghai et ce, d'autant plus que le terrorisme international entrave le développement du commerce et de l'économie dans la région. Nous espérons bien qu'à l'issue de la discussion sur ce problème précis dans les cadre de l'APEC, des décisions bien concrètes seront adoptées pour instaurer un contrôle efficace sur les sources de financement, capables d'alimenter l'extrémisme, ainsi que pour prévenir toute possibilité d'une déstabilisation dangereuse de la situation économique et financière dans le monde.

Le sommet de l'APEC à Los Cabos sera le premier en Amérique Latine, ce qui en définit, évidemment, la spécificité. A notre avis, la présence de plus en plus perceptible du facteur latino-américain à l'Association de coopération économique Asie-Pacifique ne manquera pas de contribuer au renforcement du "pont transpacifique" de la coopération et ce, dans l'intérêt de la prospérité de toute cette vaste région.

QUESTION: Quels problèmes, examinés au sein de l'APEC, intéressent le plus la Russie?

REPONSE: L'Association de coopération économique Asie-Pacifique se concentre, entre autres, sur des problèmes d'actualité pour nos réformes intérieures et l'ultérieur développement durable de notre pays qu'il s'agisse de la gestion des processus macro-économiques en cours ou des transformations structurelles dans l'économie nationale, du perfectionnement des systèmes fiscal et douanier, du renforcement de l'architecture financière et des systèmes de sécurité sociale ou de la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, des technologies de l'information ou de l'écologie, de l'accroissement du potentiel des ressources humaines, du concours à apporter à la libre entreprise, et en premier lieu, aux petites et moyennes entreprises (PME). En ce qui nous concerne, nous ne cesserons de déployer nos efforts les plus énergiques pour élargir la présence russe dans le travail de l'APEC en la matière.

QUESTION: Quelles sont les conditions nécessaires et les perspectives de la coopération pratique entre la Russie et l'APEC.

REPONSE: La Russie cherche à intensifier sa participation dans les organes de travail et les programmes du Forum, toute prête à apporter sa contribution de poids dans ses activités pour garantir le développement économique durable des pays de la région sur bien des axes. Nous voyons de belles perspectives pour élargir la coopération dans le secteur énergétique (pose de gazo- et d'oléoducs vers la Chine, la République de Corée et d'autres pays), dans l'utilisation par les pays-membres de l'APEC de notre infrastructure de transport (itinéraires aériens crosspolaires depuis l'Asie vers l'Amérique du Nord, le Transsibérien avec la "jonction" du futur Transcoréen, capacités des ports d'Extrême-Orient), dans l'établissement de la coopération technique, scientifique et d'investissement, et en premier lieu, avec la participation des régions de la Sibérie et de l'Extrême-Orient russe. Nous nous attendons à ce que les pays de l'Association de coopération économique Asie-Pacifique prennent une part active à la mise en њuvre de tous ces projets d'envergure.

Nous considérons l'APEC comme un mécanisme très efficace pour mettre en pratique la ligne stratégique à long terme qque la Russie applique en Asie-Pacifique en vue d'y créer une zone de croissance économique, stable et dynamique, ce qui ne manquerait, certes, pas de contribuer à l'accélération du développement économique de notre propre pays, et surtout de ses régions Est, à leur "implication" dans la structure économique de l'Asie-Pacifique.

Nous attachons une très grande importance à tout ce que fait l'APEC sur le territoire russe. Cette année, par exemple, la Russie a été le lieu du Forum sur la coopération dans le domaine de l'entreprise d'innovation (Moscou, mois de mai), d'une réunion du Groupe de travail de l'APEC sur les télécommunications (Moscou, mois d'août), du symposium d'investissement et d'une grande foire aux investissements de l'APEC (Vladivostok, mois de septembre). Toutes ces manifestations ont été une réussite.

Nous sommes persuadés qu'une large participation d'hommes d'affaires russes (plus d'une trentaine de businessmen) au Sommet d'affaires de l'Association de coopération économique Asie-Pacifique va conférer une puissante impulsion supplémentaire au développement de nos rapports économiques et commerciaux avec les pays de l'Asie-Pacifique, et avant tout sur l'axe latino-américain.

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)

x
x
Outils supplémentaires de recherche