1 novembre 201913:24

Commentaire de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, concernant la visite du Conseil de l'Otan en Ukraine

2229-01-11-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Nous avons pris connaissance des déclarations faites suite à la visite du Conseil de l'Otan en Ukraine les 30 et 31 octobre,  sous la direction du secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg. Une nouvelle fois, les représentants de l'Otan avancent plusieurs réclamations et accusations complètement infondées envers la Russie. Ils cherchent à présenter le conflit ukrainien intérieur comme étant un conflit avec la Russie. Ils font l'impasse sur les efforts entrepris dans le cadre du Groupe de contact, qui joue un rôle central dans la détermination des solutions pour remplir les Accords de Minsk par le biais d'un dialogue avec les autorités de Donetsk et de Lougansk.

L'Alliance continue d'adopter un comportement destructeur, ne travaille pas pour la réconciliation mais pour l'exacerbation, ses démarches font monter la tension, notamment en promettant aux Ukrainiens que "l'Otan sera toujours de votre côté". L'impact déstabilisant et provocateur du soutien militaire de Kiev par l'Otan est flagrant.

L'objectif de la visite des otaniens est clair: encourager les aspirations euro-atlantiques de Kiev dans l'esprit des décisions du sommet de Bucarest de l'Otan de 2008. Cependant, l'Otan ne peut pas régler les problèmes ukrainiens, notamment en ce qui concerne la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption, et la stabilisation de la situation dans l'Est. C'est plutôt l'inverse: compte tenu de l'expérience historique de l'expansion de l'Alliance et de ses "interventions humanitaires", les appels de Kiev à s'élancer dans les bras euro-atlantiques provoquent une division du pays, approfondissent les nouvelles lignes de démarcation en Europe, contribuent à la montée en puissance de différends interethniques et d'autres types.

En ce qui concerne l'impossibilité de "mener les affaires comme d'habitude" avec notre pays, c'est évidemment impossible tant que dans sa politique et sa construction militaire, l'Otan ne sera pas guidée par les intérêts de la sécurité paneuropéenne mais par la logique de la Guerre froide, notamment en exagérant la "menace de l'Est" inexistante.

La solution aux problèmes actuels de sécurité ne réside pas dans l'adhésion à un cercle d'élus, mais dans la nécessité d'un dialogue entre tout le monde. L'otano-centricité des approches occidentales ne fait que compliquer la situation déjà difficile sur le continent européen.

 


 

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

Union européenne (UE)

Affichage de contenus web

x
x
Outils supplémentaires de recherche