7 décembre 201910:33

Déclaration commune des ministres des Affaires étrangères de la République d'Azerbaïdjan, de la République d'Arménie, de la République de Biélorussie, de la République du Kazakhstan, de la République du Kirghizstan, de la République de Moldavie, de la Fédération de Russie, de la République de Serbie, de la République du Tadjikistan, du Turkménistan et de la République d'Ouzbékistan sur les 75 ans de la Victoire dans la Seconde Guerre mondiale lors de la 26e réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'OSCE (Bratislava, 5 et 6 décembre 2019)

2551-07-12-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Nous commémorerons en 2020 les 75 ans de la Victoire dans la Seconde Guerre mondiale, l'un des conflits les plus brutaux et les plus sanglants de l'histoire qui a éteint des dizaines de millions de vies et a provoqué des souffrances colossales à l'humanité.

La victoire sur le nazisme a été obtenue grâce à l'unité et à la cohésion infaillibles de nos peuples, au combat conjoint des pays de la coalition antihitlérienne. Nous nous souvenons de tous ceux qui ont fait preuve d'un courage sans pareil sur le front et à l'arrière, ont sauvé notre civilisation de l’extinction. Nous honorons la mémoire des exploits de la résistance antifasciste, des victimes des "camps de mort" et des sièges des villes pacifiques.

Notre devoir sacré est de protéger la vérité historique. Nous considérons comme sacrilège toutes les manifestations de non-respect vis-à-vis des monuments aux soldats et aux commandants de l'Armée rouge, les violations des tombeaux de ceux qui ont sacrifié leur vie pour libérer l'Europe des nazis. Nous appelons tous les pays à honorer la mémoire des héros-libérateurs et à entretenir comme il se doit les cimetières militaires.

Nous condamnons résolument les tentatives de falsifier le bilan de la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes révoltés par les initiatives de certains pays en matière de réhabilitation et de glorification des criminels nazis et de leurs collaborateurs. Nous soulignons la nécessité de respecter de manière infaillible les décisions du tribunal international de Nuremberg, qui sont illimitées dans le temps. Fermer les yeux sur les crimes de haine ethnique et raciale risque de provoquer une nouvelle catastrophe dans le monde.

Nous soulignons l'importance de l'adoption, par la 74e session de l'Assemblée générale de l'Onu, de la résolution "Lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d'autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée".

L'histoire a déjà démontré le danger de la complaisance à l'égard du nationalisme, de l'intolérance, de l'extrémisme et de la haine ethnique, raciale et religieuse. Nous reconnaissons l'importance de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948 en tant qu'outil international important.

Nous confirmons notre attachement à l'idée d'une communauté de sécurité euroatlantique et eurasienne libre, démocratique, commune et indivisible. L'exploit des guerriers vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et leur sacrifice désintéressé doivent être un vœu éternel adressé aux futures générations: renforcer la paix sur la base des principes de justice, d'égalité et de sécurité indivisible.  

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)


x
x
Outils supplémentaires de recherche