18 mars 202018:21

Allocution d'ouverture de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, lors d'une déclaration conjointe à la presse avec Peter Szijjarto, Ministre des Affaires étrangères de la Hongrie, Moscou, 18 mars 2020

500-18-03-2020

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Mesdames et messieurs,

Notre entretien a été très utile. Nous avons évoqué un large éventail de questions relatives à nos relations bilatérales, notamment dans le contexte de la mise en œuvre des accords conclus le 30 octobre 2019 pendant la visite du Président russe Vladimir Poutine à Budapest et à l'issue de son entretien avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Nous avons réaffirmé notre disposition réciproque au développement global de la coopération commerciale, économique, d'investissement et socioculturelle, et nous avons déterminé des démarches concrètes visant à avancer dans tous ces domaines.

Nous avons évoqué en détail notre coopération dans le secteur de la commémoration militaire, que nous trouvons primordiale à l'approche des activités à venir à l'occasion du 75e anniversaire de la Victoire dans la Seconde Guerre mondiale. La Russie prône constamment, et le Président russe Vladimir Poutine l'a dit à plusieurs reprises, la préservation de la mémoire historique, elle s'oppose aux tentatives de falsifier l'histoire et les résultats de la Seconde Guerre mondiale fixés dans le droit international.

Nous avons échangé nos avis au sujet des mesures qui sont prises par nos pays compte tenu de la pandémie de coronavirus.

Nous avons parlé des relations entre la Fédération de Russie et l'UE. Nous sommes d'avis que ces relations sont loin d'être dans la meilleure forme. Il existe de nombreuses raisons de promouvoir des projets mutuellement avantageux dans différents secteurs. Dans le contexte des affaires européennes, les relations entre la Russie et l'Otan revêtent une importance particulière. Nous prônons immuablement leur construction sur la base du principe de sécurité égale et indivisible, tel que cela a été réaffirmé plusieurs fois dans le cadre de l'OSCE. Mais l'expansion de l'infrastructure militaire de l'Otan vers l'Est et les tentatives de l'Alliance de concevoir le travail commun comme un jeu à somme nulle ne correspondent pas à cette tâche proclamée au sommet dans le cadre de l'OSCE. Nous apprécions la position de la Hongrie vis-à-vis de la situation dans la région euro-atlantique. Budapest prône toujours le dialogue et s'oppose à une confrontation artificielle. Je trouve que c'est la seule position raisonnable.

La Russie et la Hongrie adoptent des positions proches vis-à-vis du règlement de différentes crises au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, y compris le processus de paix en Syrie et en Libye. Nous sommes convenus aujourd'hui d'intensifier les efforts pour mettre en œuvre l'initiative commune évoquée lors de la visite du Président russe Vladimir Poutine en octobre 2019. Je fais allusion à l'aide aux communautés chrétiennes qui vivent au Moyen-Orient.

En ce qui concerne l'Ukraine, nous sommes attachés à la mise en œuvre des Accords de Minsk approuvés par le Conseil de sécurité des Nations unies, aux décisions prises dans le cadre du Groupe de contact, du Format Normandie. Nos deux pays souhaitent que les droits des minorités nationales, notamment éducatifs et linguistiques, soient garantis en Ukraine. Cela est exigé aussi bien par les engagements internationaux de l’État ukrainien que par la Constitution ukrainienne.

Dans l'ensemble, je trouve la visite de mon homologue et ami très opportune et je suis satisfais de notre discussion sur la situation dans les relations bilatérales et sur la scène internationale.

Documents supplémentaires

Photos

x
x
Outils supplémentaires de recherche