10 mai 201711:17

Communiqué du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la participation du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la réunion du Conseil de l'Arctique

929-10-05-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Jeudi 11 mai, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se rendra à Fairbanks (Alaska, USA) pour participer à la réunion ministérielle du Conseil de l'Arctique avec les chefs de diplomatie des pays membres et les délégations des organisations des peuples autochtones de l'Arctique.

Le Conseil de l'Arctique est le forum intergouvernemental le plus qualifié pour développer la coopération en Arctique. C'est lui qui définit l'ordre du jour arctique. Des décisions pourraient être prises à Fairbanks pour augmenter le nombre d'observateurs au Conseil de l'Arctique (actuellement il accueille 32 observateurs, dont 12 États).

Pendant la réunion ministérielle du Conseil de l'Arctique de Fairbanks, il est prévu de signer un accord intergouvernemental sur le renforcement de la coopération scientifique arctique internationale pour accroître l'efficacité des connaissances scientifiques sur l'Arctique. Les pourparlers sur la préparation de ce document se sont déroulés sous la coprésidence de la Russie et des États-Unis.

A l'issue de la réunion ministérielle devrait être adoptée une déclaration par laquelle tous les États arctiques réaffirmeront leur attachement à la paix, à la stabilité et à la coopération en Arctique, ainsi que leur soutien aux initiatives concrètes pour renforcer la coopération pour la protection de l'environnement, le renforcement de la résistance et de l'adaptation de la région aux conséquences des changements climatiques globaux et dans d'autres domaines.

Le Conseil de l'Arctique contribue activement au lancement de nouveaux formats sollicités de coopération internationale dans la région. Ainsi, le Forum des gardes côtières de l'Arctique a été instauré en 2015 pour contribuer à la sécurité dans la région.

Dans la déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères des États arctiques adoptée le 19 septembre 2016 à l'occasion du 20e anniversaire du Conseil de l'Arctique a été réaffirmé l'attachement au développement de la coopération en Arctique. Cette expérience positive de coopération internationale pourrait être également sollicitée dans d'autres régions du monde.

L'Arctique est une région d'intérêts particuliers de la Russie. Pratiquement tous les aspects de notre sécurité nationale y sont concentrés.

Aujourd'hui, les principaux acteurs internationaux accordent de plus en plus d'attention à l'Arctique. Cela conduit au renforcement de la rivalité, à une confrontation des intérêts et des ambitions de différents pays - pas seulement frontaliers de l'Arctique.

La Russie promeut toujours un règlement civilisé, par la négociation, de toutes les questions litigieuses en s'appuyant sur le droit international. Notre pays est ouvert à un travail conjoint en Arctique.

La Russie considère l'Arctique comme un territoire de dialogue et de coopération et elle est disposée à lutter fermement contre toute tentative d'apporter de la tension et une politique de confrontation dans la région.

Il n'existe pas de contradictions insolubles dans la région, et encore moins de questions nécessitant des solutions militaires. La prospérité de l'Arctique ne peut être assurée qu'à travers la coopération. C'est cette vision de la région qui détermine aujourd'hui les actions de la Russie en Arctique.

Nous souhaitons renforcer la coopération internationale en Arctique aussi bien bilatéralement qu'au format multilatéral, notamment dans le cadre du Conseil de l'Arctique.

L'absence de séparation en blocs et la prise de toutes les décisions par consensus sont un aspect crucial. Cela permet d'assurer la stabilité de la coopération arctique qui fait face avec succès aujourd'hui à une conjoncture extérieure défavorable.

L'activité du Conseil de l'Arctique a permis en grande partie d'empêcher la dégradation de la situation dans la région et de poursuivre, en dépit de la complication des relations internationales, la politique de coopération. Aucun des projets du Conseil de l'Arctique n'a été clos.

La Russie continuera de contribuer au renforcement de la notoriété du Conseil de l'Arctique et à l'élargissement de ses domaines d'activité. Ce forum doit viser des résultats pratiques concrets. Dans ce contexte, un rôle particulier incombe à l'Instrument de soutien des projets du Conseil de l'Arctique (ISPCA) dont la Russie est le principal donateur. Grâce à l'ISPCA, on réalise en Arctique des projets environnementaux visant à réduire les émissions nocives dans l'atmosphère, à éliminer les pollutions accumulées, ainsi qu'à instaurer de nouvelles technologies dans la production industrielle. La grande majorité de ces projets sont menés sur le territoire russe.

Sans diminuer l'attention portée à la protection de l'environnement il est important de promouvoir le thème de la coopération économique en Arctique, sans laquelle il sera impossible d'assurer le développement durable de la région et d'améliorer le niveau de vie de la population de l'Extrême-Nord, y compris ses populations autochtones.

La Russie a un vaste agenda économique en Arctique, c'est pourquoi notre pays fut l'un des initiateurs de la création en 2014 du Conseil économique de l'Arctique destiné à contribuer à l'attractivité de l'Arctique pour les investissements et au développement des contacts d'affaires dans la région.

La Russie considère les voisins de la région comme ses propres partenaires naturels et prioritaires dans le développement de la coopération internationale en Arctique. Cependant, nous sommes également prêts à une coopération étroite avec d'autres États et nous saluerons leur contribution constructive au développement durable de la région.

La Russie continuera de contribuer pleinement au renforcement d'un partenariat équitable et mutuellement bénéfique dans la région.

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)

x
x
Outils supplémentaires de recherche