23 octobre 201919:38

Allocution de Mikhaïl Bogdanov, représentant spécial du Président de la Fédération de Russie pour le Moyen-Orient et l'Afrique, vice-Ministre russe des Affaires étrangères, pendant la table ronde "Relations russo-africaines: le rôle des médias" dans le cadre du Forum des agences de presse Russie-Afrique, Sotchi, 23 octobre 2019

2161-23-10-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Monsieur Gousman,

Mesdames et messieurs,

Avant tout, permettez-moi de saluer les organisateurs et les participants à la table ronde "Relations russo-africaines: le rôle des médias" dans le cadre du Forum des agences de presse Russie-Afrique qui se déroule sur la plateforme du premier sommet Russie-Afrique en plein format. Je suis certain que l'examen intéressé des questions relatives à la coopération russo-africaine dans le secteur de l'information permettra non seulement de "remettre les pendules à l'heure", mais peut-être également de déboucher sur des résultats pratiques.

L'élargissement de la coopération diversifiée avec le continent africain fait partie des priorités de la politique étrangère russe.

Avec les pays d'Afrique, leurs structures régionales et sous-régionales, nous entretenons des liens traditionnellement amicaux basés sur l'histoire de la lutte commune contre le colonialisme. Nous développons la coopération commerciale, d'investissement et militaro-technique, nous participons à la préparation de cadres nationaux. Nous nous tenons consécutivement à la ligne visant à renforcer le dialogue russo-africain en plein format, dans le cadre duquel se construisent les relations bilatérales sans imposer de conditions politiques et en tenant compte des intérêts réciproques.

Nous sommes certains que vous avez tous noté l'intensification significative de nos liens ces dernières années. En 2018, le Président russe Vladimir Poutine a reçu à Moscou les présidents de Madagascar, de la Centrafrique, du Rwanda, du Sénégal et du Gabon. En marge du 10e sommet des Brics à Johannesbourg en juillet  2018, Vladimir Poutine s'est entretenu avec les présidents de l'Afrique du Sud, de l'Angola, de la Zambie, du Zimbabwe, du Mozambique et du Togo. En 2019, il a rencontré à Moscou les présidents du Zimbabwe, de l'Angola, du Congo et du Mozambique.

Les liens interparlementaires jouent un rôle important dans la création d'un climat favorable dans les relations russo-africaines. Les 2 et 3 juillet 2019 à Moscou, dans le cadre du 2e Forum international "Développement du parlementarisme", a été organisée une conférence parlementaire Russie-Afrique à laquelle ont participé environ 300 délégués du continent africain.

Des contacts réguliers ont lieu au niveau des ministres des Affaires étrangères, ainsi que des consultations interministérielles organisées tour à tour à Moscou et dans les capitales africaines. En 2019, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'est rendu en Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Égypte où il s'est entretenu avec les dirigeants de ces pays. Cette année, il a également rencontré à Sotchi son homologue du Lesotho; à Moscou les ministres des Affaires étrangères du Sierra Leone, de la Zambie, de l'Angola, du Cap Vert, du Mali, de la Côte d'Ivoire, du Ghana, et de l'Angola; et à Saint-Pétersbourg en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg ceux du Botswana, du Kenya et de la Centrafrique.

Nous accordons une attention particulière à l'approfondissement et à la diversification des liens commerciaux et économiques qui ont, selon l'avis général, un très grand potentiel. Sur le continent africain, les opérateurs économiques russes sont largement représentés essentiellement dans le secteur énergétique, pétrolier et gazier, ainsi que dans l'exploration géologique et l'exploitation de minerais. Les compagnies comme Rosatom, Rosneft, Lukoil, Rosgeologia, GPB Global Resources, Gazprom, OK Rusal, Renova, ALROSA et Severstal ont fait leurs preuves dans cette région.

La formation professionnelle de cadres est l'un des secteurs prometteurs de la coopération. Le nombre d'étudiants africains dans les universités russes augmente et atteint aujourd'hui 17.000, dont plus de 4.000 grâce à une bourse du budget fédéral russe.

Dans les conditions actuelles, il est primordial d'obtenir des informations vérifiées et objectives sur tous les événements dans le monde. Malheureusement, force est de constater que les contenus médiatiques uniques créés par les médias russes n'arrivent souvent pas jusqu'à une large couche d'utilisateurs potentiels et de médias de nombreuses régions du monde - et le continent africain ne fait pas exception. Il est indéniable qu'un tel vide est comblé par l'information unilatérale d'autres acteurs du marché médiatique, pas toujours objective, et parfois hostile envers la Russie et les nations de nombreux autres pays.

Nous pensons que l'élargissement du réseau de correspondants de médias russes, notamment dans les pays d'Afrique, pourrait significativement influencer l'unilatéralisme du champ médiatique mondial.

Sans aucune exagération, la Fédération de Russie accorde traditionnellement une grande attention au renforcement des liens russo-africains dans le milieu médiatique.

En particulier, l'organisation autonome à but non lucratif TV-Novosti est orientée sur l'interaction avec les agences de presse africaines pour la diffusion du contenu de la chaîne RT en anglais et en français.

La chaîne RT et l'agence de presse Sputnik (Rossiya Segodnya) ont l'intention de recevoir des journalistes des pays d'Afrique pour des formations d'amélioration des compétences.

Les compagnies russes sont prêtes à participer à un échange d'expérience avec les partenaires africains pour le passage à la communication numérique, ainsi qu'à proposer des plateformes technologiques OTT (Over the Top) - une méthode de services vidéo par internet - pour diffuser le contenu des chaînes africaines.

De notre côté, nous avons l'intention de poursuivre notre contribution à l'établissement de contacts d'affaires entre les structures médiatiques privées et publiques de la Russie et des pays africains. Nous avons l'intention de continuer de contribuer à l'ouverture, par les médias russes, de postes de correspondants dans les pays africains. Nous sommes disposés à apporter le soutien informatique, consultatif et organisationnel nécessaire aux médias russes et africains en cas d'installation de leurs représentations en Russie. En particulier, nous soutenons l'initiative du Directeur général d'ITAR-TASS Sergueï Mikhaïlov d'ouvrir des représentations de l'agence dans plusieurs pays en 2020, notamment au Nigeria, au Sénégal, en Ouganda et en Ethiopie. En même temps nous jugerions utile d'étudier la possibilité d'élargir le réseau de journalistes de TASS sur le continent africain en ouvrant des représentants en Angola, en Guinée, en Tanzanie et à Madagascar.

Je suis persuadé que la coopération russo-africaine possède de bonnes perspectives à long terme dans le domaine de l'information.

Je voudrais souhaiter un bon travail aux participants à cette table ronde. Merci de votre attention.

 

 

 

 

 

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)

x
x
Outils supplémentaires de recherche