3.03.2018:55

Réponse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, à une question de la presse, Helsinki, 3 mars 2020

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Question: Le Président russe Vladimir Poutine a proposé de réunir à la même table les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. Y a-t-il un progrès en ce sens (une date, une plateforme)? Quelle est la probabilité d'un débat sur la question du désarmement nucléaire dans le cadre des Cinq?

Sergueï Lavrov: Cette initiative, vous le savez, a été avancée le 23 janvier 2020 pendant le discours du Président à Jérusalem lors du forum en hommage aux victimes de l'Holocauste. Elle a été soutenue par le Président français Emmanuel Macron, le Président chinois Xi Jinping, et récemment le Président américain Donald Trump a confirmé son accord et son soutien à cette proposition.

L'ordre du jour, tel que nous le voyons et comme nous l'avons annoncé à nos partenaires parmi les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, concerne la nécessité d'appliquer la responsabilité particulière de ces cinq États pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales - une responsabilité prévue par la Charte de l'Onu. C'est bien plus large que simplement les questions liées au désarmement et à la maîtrise des armements: ce sont des conflits régionaux, de nouveaux risques et défis comme le terrorisme international, le trafic de stupéfiants, la traite d'êtres humains, et d'autres formes de crime organisé, les problèmes migratoires, les nouvelles technologies qui peuvent échapper au contrôle et compléter la liste des menaces mortelles pour l'humanité. Tout cela nécessite une réflexion au plus haut niveau.

Le Président russe Vladimir Poutine a souligné à plusieurs reprises que les Cinq n'étaient pas un club exclusif qui pouvait régler les problèmes de l'humanité pour tous les autres ou imposer ses approches. Ce sont précisément les pays qui peuvent jouer le rôle de leaders dans la mobilisation de la communauté internationale pour un travail collectif, pour l'union et non la confrontation. C'est probablement le sens le plus important.

Bien évidemment, les questions de stabilité stratégique font partie de cet ordre du jour qui exige des démarches urgentes, immédiates et extraordinaires, mais sur un plan plus large il s'agit de la survie de l'humanité. Pour la première fois depuis des années, les experts se mettent à parler de l'éventualité d'une guerre nucléaire - c'est inadmissible. Vous savez qu'encore à l'époque soviétique, le Président de l'URSS Mikhaïl Gorbatchev et le Président américain Ronald Reagan avaient adopté la déclaration selon laquelle il ne pouvait y avoir de vainqueurs dans une guerre nucléaire, c'est pourquoi elle ne devait jamais être déclenchée. Nous avons proposé à nos collègues américains de réaffirmer cette position dans les nouvelles conditions. Plus d'un an et demi après, nous n'avons toujours pas reçu de réponse. Je pense que ces questions doivent être également évoquées par les dirigeants des Cinq.

La date et le lieu de la réunion sont en cours de mise au point. J'espère que nous pourrons tomber d'accord très prochainement, et nous en ferons alors l'annonce.

Календарь

x
x

Архив

Дополнительные инструменты поиска

Персональная фотовыставка "Кадры"