19.12.1713:56

Sur la réunion du collège du Ministère russe des Affaires étrangères

2460-19-12-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Communiqué de presse

 

Mardi 19 décembre, le collège du Ministère russe des Affaires étrangères s'est réuni sous la direction du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour évoquer deux sujets: "La préparation  des établissements du Ministère au déroulement de l'élection présidentielle russe le 18 mars 2018" et "Nos tâches à l'Onu dans des conditions changeantes".

Au sujet du déroulement de l'élection présidentielle russe, il a été noté que les établissements du Ministère respectaient dans leur intégralité les termes de la législation russe en matière d'exercice du droit des citoyens russes en dehors de la Fédération de Russie. Les activités techniques et organisationnelles pour la préparation et le déroulement du processus électoral se déroulent au niveau requis.

Dans plusieurs pays, compte tenu de la législation locale, les établissements diplomatiques entreprennent les démarches nécessaires pour organiser le vote par anticipation et ouvrir des bureaux de vote supplémentaires en dehors du territoire des ambassades et des consulats.

Il a été reconnu que pour garantir la meilleure implication possible des électeurs russes dans le processus électoral, une attention particulière devait être accordée au travail explicatif et d'information avec les diasporas russes et les associations de compatriotes, notamment en utilisant les médias et les réseaux sociaux.

A l'issue de l'examen de la question relative à la participation russe au travail de l'Onu, le collège a déterminé les tâches concrètes dont l'accomplissement contribuera à la protection des intérêts russes dans le cadre des Nations unies. Nous avons noté la nécessité de renforcer l'Onu, et d'utiliser au maximum son potentiel pour réaliser les priorités de la politique étrangère et les intérêts de notre pays.

Les initiatives de réforme du Secrétaire général de l'Onu, qui doivent être obligatoirement convenues par les États membres, méritent une attention particulière. Il a été constaté que malgré la nécessité objective d'une transformation on ne pouvait pas admettre des déformations de l'architecture globale de l'Organisation qui seraient seulement bénéfiques à des pays à part ou à un groupe de pays.

Nous avons souligné la nécessité de renforcer le rôle de coordination central de l'Onu dans la coopération antiterroriste internationale avec un respect inconditionnel des normes du droit international, y compris le droit à la légitime défense et la nécessité de combattre le terrorisme conformément aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, y compris sur l'exemple de la Syrie.

Il a été souligné que les sanctions de l'Onu étaient une mesure d'influence importante mais extrême et ciblée visant à prévenir les menaces pour la paix et la sécurité internationales. Nous avons évoqué les solutions pour lutter contre les restrictions unilatérales illégales décrétées en plus des mesures convenues dans le cadre du Conseil de sécurité.

Nous avons noté l'importance d'accroître la représentativité de la Russie aux postes dirigeants de l'Onu, y compris dans les missions sur le terrain.

Les résultats du débat sont reflétés dans la résolution adoptée par le collège.