Commentaires et déclarations du porte-parole ministère des Affaires Etrangères

14 juin 201711:50

Communiqué du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant le dernier rapport de la Mission de surveillance des droits de l’homme de l’Onu en Ukraine

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Nous avons pris connaissance du 18e rapport de la Mission de surveillance des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies (Onu) en Ukraine pour la période du 16 février au 15 mai 2017.

Nous sommes sérieusement préoccupés par l'aggravation de la situation dans le Donbass, qui a provoqué une hausse de 48% des victimes civiles sur cette période: 36 personnes ont été tuées et 157 blessées. Nous soutenons l'appel de la Mission aux belligérants à respecter rigoureusement l'accord sur le cessez-le-feu. Nous partageons la préoccupation de l'Onu face aux bombardements incessants contre les sites d'infrastructure civile, notamment les systèmes d'alimentation en eau et en électricité, des écoles et des hôpitaux, ce qui va à l'encontre des engagements internationaux de Kiev de protéger les civils. A cet égard nous réitérons notre soutien total aux recommandations de la Mission de surveillance concernant la nécessité de respecter rigoureusement les Accords de Minsk.

Nous sommes particulièrement préoccupés par les informations de la Mission de surveillance concernant de nouveaux cas de privation de liberté illégale ou arbitraire, de disparitions violentes, ou encore le recours systématique du Service de sécurité d'Ukraine (SBU) à la torture pour obtenir les aveux des personnes soupçonnées d'être impliquées dans le conflit dans le Donbass. Nous sommes d'accord avec l'Onu pour dire que l'absence d'une enquête appropriée par les autorités ukrainiennes sur les crimes mentionnés contribue à la propagation de l'impunité dans le pays.

Nous partageons l'inquiétude de la Mission de surveillance par rapport aux actes discriminatoires inhumains de Kiev en ce qui concerne le blocus socioéconomique du Donbass. Les prétendues procédures de vérification instaurées en 2016 ont déjà privé plus de 400 000 Ukrainiens de retraite légale, alors que les nouvelles règles de franchissement de la ligne de contact non seulement conduisent à une restriction significative de la liberté de circulation en Ukraine et à la séparation des familles, mais exposent également plus de 900 000 personnes à un danger de mort réel lors du franchissement de la frontière. L'interdiction qu'oppose le gouvernement ukrainien au passage des marchandises par la ligne de contact, qui entraîne non seulement la fermeture d'entreprises mais également la perte de sources de revenus et de moyens de subsistance pour des milliers de personnes, est complètement irrationnelle.

Il faut souligner les conclusions inquiétantes de l'Onu sur l'absence d'améliorations dans le travail du système judiciaire ukrainien et sur l'absence de progrès dans l'enquête sur la tragédie d'Odessa en mai 2014.

Nous espérons que la Mission de surveillance veillera à empêcher les restrictions de la liberté d'expression en Ukraine et la pression sur les médias qui adopteraient une prétendue rhétorique prorusse, qu'elle exigera de Kiev de créer des conditions sûres pour le travail des journalistes dans le pays.

Dans le même temps, force est de constater qu'une partie du rapport comporte un caractère politique engagé. Plusieurs chapitres du document se présentent comme une tentative de défendre les autorités de Kiev, de dissimuler les crimes qu'elles commettent contre leur propre peuple. Nous voudrions rappeler également que la République de Crimée et la ville fédérale de Sébastopol font partie du territoire de la Fédération de Russie, et que la tentative d'intégrer au rapport une estimation de la situation en matière des droits de l'homme dans cette région russe est illégitime.

Nous sommes convaincus que l'Onu et la communauté des droits de l'homme ont pour objectif de faire en sorte que Kiev remplisse rigoureusement ses engagements internationaux en termes des droits de l'homme et les normes du droit humanitaire international, ainsi que les Accords de Minsk pour contribuer à l'instauration d'une paix durable dans ce pays.

Affichage de 1 résultat(s).

Calendar

x
x

Archive

Outils supplémentaires de recherche

Ajouts récents

Ajouts récents