6 septembre 201814:36

Sur les manifestations commémoratives en hommage aux victimes des attentats à Beslan, Paris et Nice Paris, 1 septembre 2018

  • ru-RU1 fr-FR1

1 de 2 photos dans l'album

L’association “Solidarité Enfants de Beslan” organise le 1 septembre de chaque année à Paris des manifestations en hommage aux victimes des actes terroristes.

Le 1 septembre 2018 le Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris a accueilli le colloque “Mémoires et Vérités: Beslan, Paris, Nice, victimes d'un même terrorisme islamiste” lors duquel il était question non seulement des événements survenus à Beslan il y a 14 années, mais de la menace terroriste en général, suspendue au-dessus du monde entier comme l'Épée de Damoclès.  

Le conseiller de l’Ambassade de Russie en France M.Serguei Parinov a salué les participants au colloque et a remercié les organisateurs de cette manifestation importante. Dans son intervention il a rappelé que les tentatives d’instrumentaliser le terrorisme, d’essayer de faire distinction entre des “bons” et des “mauvais” terroristes, ainsi que de “justifier” les actes terroristes par des motifs religieux ou politiques ou de les “relativiser” étaient absolument inadmissibles. “L’homme a su apprivoiser le loup, mais on ne pourra jamais apprivoiser la peste, car la peste ne connaît pas de frontières, elle ne fait pas de distinction entre les siens et les autres...C’est une illusion profonde et extrêmement dangereuse que de penser qu’on pourrait la laisser proliférer chez les autres, mais en protéger sa famille et ses proches. Ce n’est que tous ensemble qu’on pourra y faire face”, – a-t-il souligné.

Des positions proches de celle-ci sur le phénomène du terrorisme ont été exprimées par d’autres participants au colloque dont le président de l’association “Solidarité Enfants de Beslan” Henri-Paul Falavigna; le vice-président de l’association des victimes de l’attentat de Nice Jean-Claude Hubler; l’ancien député, président de la commission d'enquête sur les attentats de 2015 Georges Fenech; le criminaliste Xavier Raufer; l’analyste militaire Pierre L Plas; le président de l’association de soutien aux jeunes victimes du terrorisme Emmanuel Le Roy; le représentant du Service central du renseignement du Ministère de l’Interieur de la France; ainsi que l’écrivain-féministe Henda Ayari (qui avait été engagée dans le salafisme par son mari, mais qui y a renoncé après l’attentat de 2015 à Paris).

La discussion très animée et la vive réaction du public étaient révélatrices du fait que ce thème sensible reste d’actualité pour les français.

Une cérémonie religieuse en hommage aux victimes du terrorisme a eu lieu le même jour à la Cathédrale de la Sainte-Trinité de Paris.

Calendar

x
x

Archive

Outils supplémentaires de recherche