Nouvelles

Retour

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'ouverture du Forum international "Développement du parlementarisme", Moscou, 1er juillet 2019

1 juillet 201913:19

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'ouverture du Forum international "Développement du parlementarisme", Moscou, 1er juillet 2019

1362-01-07-2019

 

Monsieur le Président,

Monsieur Volodine

Madame Matvienko,

Vos Excellences,

Chers partenaires,

Chers amis,

Avant tout, je voudrais vous remercier de m'avoir invité à prononcer un discours à l'ouverture du 2e Forum international "Développement du parlementarisme".

Aujourd'hui, la situation reste difficile dans le monde, et par endroits on peut même dire qu'elle se complique. D'anciens conflits ne sont pas réglés, de nouveaux foyers de tension font leur apparition. Dans ces conditions, l'interaction entre les organes du pouvoir législatif prend une signification particulière. La diplomatie parlementaire est appelée à apporter une contribution significative au maintien de la confiance et de l'entente entre les pays et les peuples à la recherche de solutions de compromis et équilibrées aux graves problèmes internationaux.

En tant qu'élus du peuple, vous représentez les intérêts du grand public de vos États et exprimez la volonté des électeurs, vous connaissez bien leurs attentes. Or les peuples du monde sont fatigués de la confrontation, ne veulent pas être des "monnaies d'échange" dans des jeux géopolitiques douteux "à somme nulle". Nous souhaitons accroître la prévisibilité, promouvoir un agenda international qui contribuerait à garantir leur avenir pacifique et sûr, à augmenter leur qualité de vie et leur bien-être. C'est pourquoi il paraît important que les politiciens ne sacrifient pas les intérêts collectifs de leurs citoyens pour des avantages géopolitiques immédiats douteux.

A cet égard, je note que le programme de votre réunion est unificateur et englobe le plus large éventail possible de questions d'actualité, notamment la sécurité mondiale, la stabilité du développement mondial, la lutte contre la pauvreté et le règlement des problèmes environnementaux. Et c'est ce dont les gens ont besoin.

En tant que représentants du pouvoir législatif, vous avez l'intention d'accorder une attention particulière aux aspects juridiques de la coopération internationale. Cela est d'autant plus pertinent dans une situation où certains pays membres de l'Onu, en contournant le Conseil de sécurité des Nations unies, décrètent des sanctions illégitimes unilatérales, notamment, comme cela a été dit, des restrictions discriminatoires visant des députés. Le recours à des restrictions politisées, qui plus est la création d'obstacles à la participation à part entière de délégations parlementaires au travail d'associations multilatérales sont, selon nous, inadmissibles. Comme l'a noté le Président russe Vladimir Poutine pendant la 137e session de l'Assemblée de l'Union interparlementaire, "c'est contraire au principe de la coopération interparlementaire libre, au droit souverain de chaque État de s'exprimer et de défendre son point de vue de manière civilisée et ouverte". C'est pourquoi nous espérons que des situations telles que celle qui a été provoquée par la minorité russophobe à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe ne se reproduiront plus jamais. Je suis convaincu qu'il est en votre pouvoir de tout faire pour que cela ne se répète pas.

Chers partenaires,

La Russie est un membre autonome et actif de la communauté internationale, l'un des garants du droit international et de la stabilité mondiale. Nous menons une politique étrangère pacifique basée sur les principes fondamentaux de la Charte de l'Onu: la non-ingérence dans les affaires intérieures d’États souverains, le non-usage de la force ou de la menace d'utiliser la force, le règlement pacifique des conflits et des litiges. Les tentatives de renverser les gouvernements indésirables pour leur politique indépendante, l'organisation et le soutien de coup d’État anticonstitutionnels, sont inadmissibles. Cette pratique a été fermement condamnée par la grande majorité des pays dans de nombreuses résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies. Nous rejetons toutes les formes de chantage et de pression, y compris les sanctions unilatérales et les guerres commerciales.

Chers partenaires,

La Charte de l'Onu repose sur les résultats de la Seconde Guerre mondiale, sur les décisions du procès de Nuremberg, qui sont immuables. C'est ce qui a été reconnu dans la Charte de notre Organisation commune. Chaque année, à l'Assemblée générale des Nations unies, la Russie promeut une résolution sur l'inadmissibilité de la glorification du nazisme, et ce avec de nombreux autres coauteurs. L'initiative mentionnée aujourd'hui par la Présidente du Conseil de la Fédération de l'Assemblée fédérale russe Valentina Matvienko s'inscrit harmonieusement dans le cadre de nos efforts communs. Je suis certain qu'ensemble, grâce aux capacités de la diplomatie parlementaire et classique, nous saurons empêcher la réécriture de la grande histoire de la Seconde Guerre mondiale, de la grande victoire sur le nazisme.

La Russie reste ouverte à une large coopération honnête et équitable avec tous les pays sans exception, grands ou petits, dans tous les formats. Nous continuerons de contribuer à l'union des efforts de la communauté internationale afin de surmonter efficacement les défis communs pour nous tous, notamment la menace du terrorisme international dans la lutte contre laquelle la Russie joue un rôle primordial.

Les députés russes apportent une contribution importante à la mise en œuvre de la politique étrangère russe. Leur activité internationale se distingue par la large géographie des liens entretenus, leur disposition au règlement constructif des problèmes internationaux actuels, et leur volonté de renforcer l'atmosphère d'amitié entre les peuples. On notera tout particulièrement l'organisation réussie de plusieurs grands forums parlementaires sur le territoire russe, notamment la 137e Assemblée de l'Union interparlementaire déjà mentionnée, qui a été la plus représentative de son histoire.

 A l'ordre du jour aujourd'hui, comme cela a déjà été dit, figure la préparation de la Conférence mondiale pour le dialogue interreligieux et interethnique en mai 2022. Cet événement, organisé dans notre pays par l'Union interparlementaire conjointement avec l'Onu, accueillera des chefs d’État et de gouvernement, des dirigeants des organes du pouvoir législatif, ainsi que des leaders de différentes confessions mondiales. Bien sûr, la Russie fera tout le nécessaire pour garantir un haut niveau d'organisation. Nous comptons sur le soutien et la participation de tous les pays au travail de la conférence, à l'interaction productive entre l'Onu et l'Union interparlementaire pour élaborer des décisions importantes pour toute l'humanité.

Chers amis,

Il m'est agréable de voir dans cette salle de nombreuses délégations de pays africains venues à Moscou pour participer au Forum international sur le développement du parlementarisme, ainsi qu'à la conférence parlementaire Russie-Afrique du 3 juillet. Nous tenons en grande estime le rôle des législateurs dans la promotion de l'ensemble de la coopération russo-africaine. Nous saluons l'intensification des contacts entre l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie et les députés des pays d'Afrique.

L'expérience de la coopération entre les législateurs russes et africains, notamment dans le cadre d'activités interparlementaires multilatérales, témoigne de la proximité et même de la coïncidence de nos approches de l'établissement de la communication interétatique. Nous prônons toujours le renforcement des initiatives juridiques et démocratiques de la vie internationale, le respect de l'identité de tous les peuples du monde, de leur droit à un choix autonome de développement politique et socioéconomique.

La conférence parlementaire susmentionnée constituera une étape importante dans la préparation du premier sommet Russie-Afrique de l'histoire, qui se tiendra le 24 octobre à Sotchi sous la coprésidence du Président russe Vladimir Poutine et du Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui est actuellement à la tête de l'Union africaine. Nous attendons les chefs d’État du continent, ainsi que les dirigeants des plus grandes organisations et associations sous-régionales. A l'ordre du jour figure un large éventail de questions régionales, internationales et russo-africaines. A la veille du sommet sera organisé un forum économique avec la participation de délégations officielles, de représentants du monde des affaires, et de la Banque Africaine d'Import-Export (Afreximbank).

Chers partenaires,

Je ne doute pas que vos discussions à Moscou seront constructives et créatives, que leurs résultats apporteront une contribution au renforcement de la coopération interparlementaire et permettront de déboucher sur de nouvelles initiatives prometteuses et des projets au profit de nos peuples.

Je vous souhaite un bon travail et tout le meilleur.

 

Documents supplémentaires

Photos

Rencontres du Ministre

Conversations téléphoniques du Ministre

MAE sur les réseaux sociaux

MAE sur les réseaux sociaux

Карты

Russie dans les relations internationales

Affichage de contenus web