6 février 201815:53

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue de son entretien avec Anders Samuelsen, Président du Comité des ministres du Conseil de l'Europe et Ministre danois des Affaires étrangères, Moscou, 6 février 2018

176-06-02-2018

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Mesdames et messieurs,

Les pourparlers avec Anders Samuelsen, Président du Comité des ministres du Conseil de l'Europe et Ministre danois des Affaires étrangères, se déroulent dans une atmosphère bienveillante. C'est notre second contact. L'an dernier, nous nous étions rencontrés en marge du 4e Forum international "Arctique, territoire de dialogue" à Arkhanguelsk.

Aujourd'hui nous avons accordé beaucoup d'attention aux efforts de la présidence danoise du Comité des ministres du Conseil de l'Europe, à la situation au sein de cette Organisation internationale dans l'ensemble et à la réforme de la Cour européenne des droits de l'homme qui commence. Nous pensons que la ligne équilibrée de la Présidence danoise est appelée à contribuer à surmonter la situation de crise à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui affecte de manière négative l'activité du Conseil de l'Europe et ne contribue pas au maintien de la confiance sur notre continent commun.

Nous pensons que le Danemark, en tant que pays-président, pourrait apporter une contribution utile au rétablissement d'une situation de travail normale à l'APCE - du moins nous avons formulé une telle demande. Nous trouvons important que les représentants des parlements de tous les États membres du Conseil de l'Europe sans exception puissent travailler sur un pied d'égalité sans subir la moindre persécution pour dissidence. Nous espérons qu'au final, le bon sens prendra le dessus.

Nous avons passé en revue certaines questions d'actualité relatives à l'activité du Conseil de l'Europe. Les collègues danois ont abordé la situation en Ukraine. La Russie souhaite régler au plus vite la crise en Ukraine sur base des Accords de Minsk. En ce qui concerne le rôle du Conseil de l'Europe dans ce processus, nous voudrions obtenir des informations supplémentaires sur la manière dont est mis en œuvre le Plan d'action du Conseil de l'Europe pour l'Ukraine adopté il y a relativement longtemps - peu de temps après le début de la crise. Il implique entre autres la nécessité d'une enquête objective et impartiale sur ce qui s'est passé sur le Maïdan en février 2014, à Odessa le 2 mai 2014 (quand des dizaines de personnes ont été brûlées vives dans la Maison des syndicats) et dans l'ensemble en ce qui concerne la contribution du Conseil de l'Europe à la normalisation de la structure de l’État ukrainien. Nous savons que des questions de décentralisation ont été évoquées et nous y accordons beaucoup d'importance. Actuellement, le Secrétariat du Conseil de l'Europe prépare un second plan d'action pour l'Ukraine. Nous espérons qu'il sera davantage orienté sur l'obtention de résultats concrets. Pour l'instant, l'accomplissement par Kiev de tous ses engagements internationaux "piétine" énormément.

Bien évidemment, nous avons évoqué les principaux thèmes des relations russo-danoises, notamment leurs aspects commerciaux et d'investissement. Le Président du Comité des ministres du Conseil de l'Europe et Ministre danois des Affaires étrangères Anders Samuelsen, conjointement avec le coprésident russe Maxim Sokolov, Ministre des Transports, participera demain au travail de la 11e session du Conseil intergouvernemental russo-danois pour la coopération économique qui se déroulera à Moscou après presque 5 ans d'interruption. Nous sommes d'accord sur le fait que la reprise de ce Conseil intergouvernemental est très positive et pensons que ses résultats devraient aider à élargir la coopération pratique entre nos deux États.

De notre côté, nous avons abordé l'examen, par Copenhague, de la requête pour construire le gazoduc Nord Stream 2 dans les eaux territoriales du Danemark. Nous avons souligné notre position de principe selon laquelle l'étude de cette demande devait se dérouler conformément à la loi en vigueur au Danemark et au sein de l'Union européenne au moment où cette requête avait été déposée, c'est-à-dire en avril 2017.

Nous avons donné une appréciation positive à la coopération au niveau des ministères des Affaires étrangères. Nous venons de signer le Plan de coopération interministérielle pour 2018-2019. Je suis certain que sa mise en œuvre aidera à renforcer le dialogue constructif sur les problèmes actuels tels que la situation militaro-politique en Europe, la sécurité dans les pays baltes, en Arctique, les droits de l'homme ou tout autre sujet qui préoccupe l'une ou l'autre partie. Nos collègues ont abordé aujourd'hui plusieurs préoccupations concernant ces aspects de nos relations. Nous avons notre avis sur les événements. Je suis certain qu'il ne faut pas surmonter les différents par le micro, mais uniquement à travers les contacts, le dialogue, par l'entente réciproque et en cherchant des solutions mutuellement bénéfiques. Il m'est agréable que ce soit dans cette atmosphère que nous menions aujourd'hui nos pourparlers.

Nous continuerons d'échanger nos avis. Nous espérons que les résultats de l'entretien serviront à consolider l'entente entre nos pays et aideront à régler les problèmes actuels dans l'activité du Conseil de l'Europe.

Je remercie Anders Samuelsen, Président du Comité des ministres du Conseil de l'Europe et Ministre danois des Affaires étrangères.

Documents supplémentaires

Photos

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

OTAN

Union européenne (UE)

Affichage de contenus web

x
x
Outils supplémentaires de recherche