22 septembre 201720:09

Communiqué du Département de l'Information et de la Presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la fin des travaux de la 21e Réunion annuelle de mise en œuvre des engagements de la dimension humaine de l'OSCE, Varsovie, du 11 au 22 septembre 2017

1790-22-09-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

La Réunion annuelle de mise en œuvre des engagements de la dimension humaine de l'OSCE a pris fin le 22 septembre à Varsovie.

Une délégation interministérielle russe de représentants du Ministère des Affaires étrangères, du Ministère de l’Éducation et de la Science, du Ministère des Télécommunications, du Parquet général, de la Commission électorale centrale, du Service pénitentiaire fédéral et de l'Agence fédérale des nationalités a pris part à cet événement.

Les participants ont débattu d'un large éventail de questions relatives aux droits de l'homme telles que la suprématie du droit, la traite des êtres humains, la liberté d'expression, de réunion et d'association, la défense des droits des minorités nationales, la lutte contre l'intolérance et la discrimination, le respect des droits économiques, sociaux et culturels, la participation égalitaire à la vie politique et publique, le combat contre la montée du nationalisme et du néonazisme, la situation des réfugiés et des immigrés, la défense des droits des enfants, et l'égalité des sexes.

Nous constatons avec regret le maintien du caractère très politisé des discussions à ce forum qui est ces dernières années visible dans toute la dimension humaine de l'OSCE.

La tonalité conflictuelle est donnée par les représentants des États-Unis, du Canada, de l'Union européenne, de certains pays membres de cette dernière et de l'Ukraine. Ils tirent régulièrement des propos antirusses et altèrent manifestement les faits concernant la situation réelle en Fédération de Russie, notamment en Crimée. Parallèlement, ils ignorent les violations massives des droits de l'homme en Ukraine, y compris la persécution des voix dissidentes et la limitation des droits des russophones, sans parler de la guerre sanglante déclenchée contre les habitants du Donbass.

La délégation russe a appelé les participants à éviter de politiser un forum aussi important que la Réunion de Varsovie pour se focaliser sur l'examen concret des problèmes actuels de la région de l'OSCE. Cela concerne notamment les questions liées à la montée des sentiments nationalistes et d'extrême droite dans certains pays, aux violations du principe de la primauté du droit, à l'intolérance envers les chrétiens et les musulmans, à la non-citoyenneté massive, à la traite des êtres humains, au non-respect des droits des minorités, à l'héroïsation du nazisme, aux lacunes dans le domaine de la protection des droits des enfants, etc.

Nous sommes convaincus que la Réunion de Varsovie pourrait être une plateforme unique pour un dialogue constructif et utile à tout le monde sur tout l'éventail des questions relatives aux droits de l'homme. A ces fins, il est nécessaire de renoncer à la politisation et aux accusations infondées pour passer à l'élaboration de mesures concrètes afin de combattre les défis et les menaces humanitaires.

La position de la Russie sur toutes ces questions a été présentée de manière efficace aux participants à la Réunion grâce à la contribution active des représentants des ministères et des institutions russes. Ces positions sont partagées par un nombre considérable des militants de la société civile en Russie et à l'étranger.

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)


x
x
Outils supplémentaires de recherche