17 mars 200319:26

DECLARATION D'I.S.IVANOV, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE

646-17-03-2003

  • ru-RU1 fr-FR1 de-DE1

Traduction non-officielle du russe

DECLARATION

d'I.S.Ivanov, Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie

Vu la rencontre du 16 mars aux Açores des dirigeants des USA, de la Grande-Bretagne et de l'Espagne, consacrée à la situation autour de l'Irak, la partie russe estime utile de confirmer son aspiration à la politique du règlement du problème irakien.

Les possibilités pour ce règlement sont loin d'être épuisées, mais au contraire, tout à fait réelles. En témoignent instamment les rapports, présentés au Conseil de Sécurité de l'ONU par les dirigeants de la CCVINU et de l'AIEA messieurs H.Blix et M.Elbaradei.

C'est partant de ce fait que la Russie, la France et l'Allemagne, soutenues par la Chine, ont proposé le 15 mars courant de tenir d'urgence la séance du Conseil de Sécurité au niveau des ministres des affaires étrangères pour adopter le programme concret du travail de la CCVINU sur le désarmement de l'Irak dans les délais réalistes. Cette approche correspond entièrement à l'esprit et à la lettre de la résolution 1441 du Conseil de Sécurité de l'ONU et est partagée par la majorité écrasante des états, y compris dans le cadre du Conseil de Sécurité de l'ONU.

En général, nous sommes persuadés que la crise irakienne, qui aujourd'hui ne menace plus la paix et la sécurité internationales, doit être définitivement réglée sur la base de toutes les décisions du CS de l'ONU qui existent à ce propos. Dans ces conditions, l'usage de la force contre l'Irak, d'autant plus en invoquant les précédentes résolutions du CS de l'ONU, est privé de raisons, y compris juridiques. La résolution du Conseil de Sécurité 1441 stipule directement dans son p.12 que le Conseil se réunira au besoin immédiatement pour garantir l'entier respect des résolutions existantes.

Ainsi, la résolution 1441 ne donne à personne le droit de l'usage automatique de la force. La Russie estime que le règlement irakien doit continuer de rester sous le contrôle du Conseil de Sécurité, qui assume la principale responsabilité pour le maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Le 17 mars 2003

x
x
Outils supplémentaires de recherche