19 novembre 200316:52

STÉNOGRAMME DE L’INTERVIEW D'I.S.IVANOV, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE LA RUSSIE, À LA CHAÎNE TV CNN MOSCOU, LE 19 NOVEMBRE 2003

2669-19-11-2003

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Traduction non-officielle du russe

Stйnogramme de l'interview d'I.S.Ivanov, Ministre des affaires йtrangиres de la Russie, а la chaоne TV CNN

Moscou, le 19 novembre 2003

Question: Comment voyez-vous le rфle а part entiиre de l'ONU dans le rиglement du problиme irakien?

I.S.Ivanov: Pour rйsoudre avec succиs le problиme irakien, de notre point de vue, on a besoin, premiиrement, de la confiance du peuple irakien, deuxiиmement, de la participation active de la communautй internationale, de la lйgitimitй des mesures qu'ils dйploient dans l'intйrкt de l'Irak.

De notre point de vue, ce qui se passe aujourd'hui, y compris les mesures du transfert partiel du pouvoir aux reprйsentants irakiens, ne rйpond pas pleinement aux critиres dont je viens de parler. Si l'on n'a pas la confiance du peuple irakien, il sera trиs difficile d'espйrer que les autoritйs provisoires crййes seront considйrйes par le peuple irakien comme lйgitimes. C'est pourquoi le besoin de la participation active de l'ONU s'impose.

Nous n'en parlons pas de maniиre abstraite, mais partant de la pratique que l'on a eue, par exemple, dans le cas de l'Afghanistan. Nous avons tenu а Bonn la confйrence internationale pour l'Afghanistan sous l'йgide de l'ONU. Actuellement, nous proposons de tenir, sous l'йgide de l'ONU, la confйrence pour l'Irak, а laquelle participeraient les reprйsentants des diffйrentes couches de la sociйtй et des milieux politiques irakiens, qui, avec les reprйsentants de l'ONU et, disons, des йtats voisins, pourraient йlaborer un plan conjoint du rиglement, qui serait ensuite examinй au Conseil de Sйcuritй de l'ONU. Puis, on pourrait prйsenter ce plan au peuple irakien. Auquel cas, ce ne sera plus le plan d'un ou de deux pays, mais celui de la communautй internationale, approuvй par l'ONU. Ensuite, nous le croyons, l'organe provisoire du pouvoir exйcutif de l'Irak pourrait, avec les reprйsentants de l'ONU, entamer la pйriode constitutionnelle, la prйparation de la constitution, le recensement de la population, la prйparation d'autres conditions nйcessaires pour la tenue des йlections.

Nous estimons nйcessaire la prйsence en Irak, pendant une certaine pйriode, des forces internationales de sйcuritй, dont la mission devra кtre clairement dйfinie par le Conseil de Sйcuritй de l'ONU.

J'ai dйcrit le rфle que doit et peut jouer l'ONU dans l'intйrкt du rиglement irakien. Est-ce que cela contredit les intйrкts des USA ou de l'Irak? Je suis persuadй que non. Nous sommes tous intйressйs au rиglement irakien pour йviter les victimes dans cette situation gravissime, pour que l'Irak ne soit pas transformй en un foyer de terrorisme international. Nous ne sommes pas lа adversaires, mais partenaires. Mais pour que nos pas soient efficaces, nous devons dialoguer. L'endroit le plus prйfйrable pour ce dialogue serait le Conseil de Sйcuritй de l'ONU. Nous croyons que le rфle de l'ONU est tout а fait йvident et, qui plus est, dans cette situation, irremplaзable.

Question: Ne croyez-vous pas que les membres de l'ONU auraient des difficultйs pour revenir en Irak а la suite de la politique menйe par les USA?

I.S.Ivanov: Ils auront des difficultйs s'ils reviennent tout simplement aujourd'hui, mais s'ils reviennent dans le contexte des pas dont j'ai parlй, - aprиs la confйrence internationale, l'approbation, par le Conseil de Sйcuritй de l'ONU, du plan du rиglement et du mandat des forces internationales de sйcuritй, le retour de l'ONU sera logique. Auquel cas, il ne sera pas perзu par le peuple irakien comme la dйcision d'un seul pays, mais comme celle de l'ONU. Je suis persuadй que cette opйration jouira de la confiance de la part de la population locale.

Question: Quand cela peut-il se passer?

I.S.Ivanov: Il m'est difficile de parler en termes de dates, puisque aujourd'hui, les йvйnements se dйveloppent selon un autre scйnario. Le plan qui a йtй proposй par nos partenaires amйricains ces derniers jours, ne dйfinit mкme pas le rфle de l'ONU. Mais je suis persuadй que nous en arriverons tous а ce que l'ONU aille jouer le rфle leader dans le rиglement irakien. Plus vite cela se fera, plus rapide sera le processus du rиglement, moins il y aura de victimes.

Question: Mais est-ce que les Amйricains ne nient pas non plus le rфle de l'ONU ans le rиglement irakien?

I.S.Ivanov: Aujourd'hui, le reprйsentant des USA a de fait sur plusieurs problиmes le droit de veto aux dйcisions du Conseil d'administration provisoire de l'Irak. Il est йvident que le reprйsentant des USA dйfinit dans une grande mesure les dйcisions du CAP. Dans cette situation, l'ONU ne peut pas jouer le rфle qui lui est destinй. L'ONU doit jouer un rфle autonome et dйterminй. Quand on dit rфle dйterminй, cela ne veut pas dire que l'ONU doit dicter les conditions, mais accomplir la mission qui lui incombera par le Conseil de Sйcuritй de l'ONU. Le rфle clй dans le rиglement du problиme irakien devra aller aux institutions irakiennes, qui seront crййes avec l'assistance de l'ONU, et qui ne peut pas les remplacer. L'ONU ne peut que leur prкter assistance et confйrer la lйgitimitй. C'est lа le rфle exceptionnel de l'Organisation.

Question: Est-ce que la Russie va participer au processus du rиglement irakien?

I.S.Ivanov: Nous avons toujours soulignй que la Russie est prкte а participer au processus du rиglement irakien. Si aujourd'hui nous n'y participons pas, comme beaucoup d'autres pays, ce n'est que parce que le processus qui se dйveloppe actuellement ne rйpond pas aux principes dont j'ai parlй. Si l'on tient compte de ces principes, certes, la Russie va y participer. Nous y avons des intйrкts stratйgiques. Nous observons avec anxiйtй l'Irak sombrer toujours plus dans une situation incontrфlйe, le pays se transformer toujours plus en un centre de la concentration de diverses organisations terroristes. Et chaque jour, ce problиme sera plus difficile а rйsoudre. Plus vite nous aurons uni nos efforts, plus vite nous obtiendrons le but commun.

Question: L'Iran a accompli les exigences avancйes par les USA. Mais les USA sont toujours mйcontents. C.Powell, Secrйtaire d'йtat des USA, a aujourd'hui dйclarй que l'Iran entendait tout de mкme fabriquer les armes nuclйaires. Comment voyez-vous l'йvolution de la situation?

I.S.Ivanov: Avant tout, je ne connais aucun pays au monde qui prфne que l'Iran possиde les armes nuclйaires. Nous nous sommes tous prononcйs contre l'apparition en Iran d'armes nuclйaires, pour que les programmes nuclйaires de l'Iran soient а caractиre uniquement pacifique. Lа йtait notre position initiale, а laquelle nous nous sommes tenus.

L'AIEA a adoptй la rйsolution qui contenait trois stipulations. Primo, que l'Iran prйsente l'information complиte sur tous ses programmes nuclйaires prйcйdents et actuels, rйalisйs dans le pays. Secundo, que l'Iran signe le protocole supplйmentaire sur les garanties de l'AIEA. Tertio, que l'Iran arrкte le processus de l'enrichissement de l'uranium.

La Russie, avec les autres pays, a activement travaillй avec l'administration iranienne pour obtenir l'application de toutes ces stipulations. Nous notons avec satisfaction que l'Iran a donnй son accord а leur application. Il a dйjа prйsentй а l'AIEA l'information concernant les programmes nuclйaires prйcйdents et actuels, qui est а prйsent йtudiйe par les inspecteurs de l'AIEA. Nous attendrons leurs estimations. L'Iran a informй l'AIEA par йcrit qu'il adhйrait au protocole supplйmentaire sur les garanties. A Moscou, le reprйsentant des autoritйs iraniennes a dйclarй que l'Iran arrкtait le processus de l'enrichissement de l'uranium. C'est pourquoi nous croyons que toutes les conditions qui n'avaient pas йtй avancйes par la Russie, les USA ou la France, mais par l'AIEA, sont crййes.

Aujourd'hui, notre tвche consiste а fixer l'Iran sur cette position. Si quelqu'un n'est pas satisfait de quelque chose dans la position de l'Iran, il est important de comprendre, de quoi prйcisйment. Je crois qu'il ne faut pas maintenant aggraver la situation artificiellement, il est important d'obtenir que l'Iran respecte les obligations dont il s'est chargй. Pour cela, il faut un contrфle ferme qui sera rйalisй par l'AIEA. Nous allons nous guider sur les conclusions et analyses que feront les reprйsentants de l'AIEA.

Question: Pourquoi alors les USA expriment-ils quand mкme leur mйcontentement?

I.S.Ivanov: Il m'est difficile de le dire. Je crois que les dйcisions qu'a prises l'administration iranienne ont йtй dans une certaine mesure inattendues pour Washington. Il est compliquй pour les USA d'abandonner la ligne qu'ils avaient menйe au cours des derniиres annйes.

Question: Alors, l'Iran a-t-il fait trop dans ce domaine?

I.S.Ivanov: Au moins, pour certains, cela est devenu une surprise.

Question: Comment voyez-vous l'idйe de l'instauration des sanctions contre l'Iran?

I.S.Ivanov: Je ne vois actuellement aucune raison pour instaurer les sanctions contre l'Iran. Au contraire, s'il s'acquitte de toutes les obligations qu'il a prises vis-а-vis de l'AIEA, la communautй internationale, en conformitй avec les accords internationaux, devra aider l'Iran au dйveloppement des programmes nuclйaires а des fins pacifiques. C'est l'obligation de la communautй internationale. La Russie continuera sa coopйration avec l'Iran, y compris dans le domaine nuclйaire.

Question: Quelles craintes la situation en Gйorgie provoque-t-elle?

I.S.Ivanov: Nous sommes inquiets par la situation actuelle en Gйorgie, surtout par le fait qu'elle soit maintenant hors contrфle. Certes, les йlections parlementaires mйritent une sйrieuse critique. En parlent les observateurs internationaux qui se trouvaient en Gйorgie. Cependant, nous appelons E.A.Chйvardnadzй, Prйsident de la Gйorgie, et toutes les forces politiques du pays, а ne pas laisser aller les йmotions, mais prendre ensemble une dйcision et corriger les erreurs faites au cours des йlections et maintenir le processus dans le cadre de la Constitution.

Cela rйpond aux intйrкts non seulement de la Gйorgie, mais de la Russie. La Gйorgie est notre voisin. Nous avons une situation compliquйe а la frontiиre avec la Gйorgie. C'est pourquoi, plus la situation en Gйorgie sera stable, plus on aura de possibilitйs de garantir la sйcuritй de notre frontiиre. Partant de cela, la Russie est intйressйe а ce que la Gйorgie sorte de la crise par voie constitutionnelle. Pour notre part, nous allons y contribuer.

Question: Comment la Russie entend-elle y contribuer?

I.S.Ivanov: Ce n'est pas un secret que la situation en Gйorgie est tellement tendue que beaucoup de politiques craignent les altercations, la violence. C'est pourquoi A.Abachidze, Prйsident de l'Adjarie, qui avait soutenu E.A.Chйvardnadzй, Prйsident de la Gйorgie, a visitй les йtats voisins - la Russie, l'Armйnie et l'Azerbaпdjan, afin d'avoir leur soutien en faveur de la solution de tous les problиmes par voie constitutionnelle.

En Gйorgie, trop de problиmes s'accumulent, liйs avec le crime organisй, l'infiltration des terroristes, qui peuvent provoquer l'aggravation de la situation. Nous en avons parlй auparavant йgalement. Malheureusement, notre voix n'a pas йtй entendue. Malgrй tous les diffйrends que nous avons eus avec l'administration de la Gйorgie, nous prфnons le rиglement de tous les problиmes dans le cadre du champ de droit. Pour nous, avant tout, c'est la stabilitй de la Gйorgie qui importe.

Le 19 novembre 2003

x
x
Outils supplémentaires de recherche