19 septembre 201916:35

Allocution et réponses à la presse de Sergueï Lavrov, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue de son entretien avec Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur de la République du Niger, Moscou, 19 septembre 2019

1863-19-09-2019

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Mesdames et messieurs,

Notre entretien avec mon homologue nigérien Kalla Ankouraou s'est bien déroulé, en étant confident et très productif.

Nos relations sont traditionnellement amicales et s'appuient sur les principes de respect réciproque. Aujourd’hui, nous avons réaffirmé la disposition à renforcer le dialogue politique. Mais surtout – notre intention d'élever au même niveau la coopération bilatérale dans d'autres secteurs, notamment économique.

Parmi les domaines prioritaires de notre activité commune – l'exploration géologique, la production de ressources minérales, l'énergie sous ses différentes formes et les projets d'infrastructure. Nous sommes convenus de contribuer à une coopération plus active et aux contacts directs entre nos milieux d'affaires. Nous avons constaté avec satisfaction que la délégation des entrepreneurs du Niger a participé au Forum économique international de Saint-Pétersbourg en juin dernier, et l'an dernier elle a visité le Forum économique international de Yalta.

Nous avons de bonnes perspectives pour développer la coopération militaire et militaro-technique basé sur les accords intergouvernementaux en la matière signés en 2017. Nous souhaitons développer la coopération pour apporter de l'aide aux structures compétentes du Niger dans l'équipement et la formation de cadres pour lutter contre le terrorisme.

Nous encouragerons également les échanges éducatifs, notamment dans les spécialités civiles. Dix étudiants du Niger étudient dans nos établissements supérieurs cette année grâce aux bourses du gouvernement russe. Il existe également de bons projets pour renforcer la coopération dans la formation de militaires et de policiers nigériens. Actuellement, plusieurs dizaines de militaires suivent des cursus dans les établissements supérieurs de notre Ministère de la Défense.

Le dialogue entre les ministères des Affaires étrangères s'appuie sur le Protocole des consultations interministérielles signé il y a trois ans. Aujourd'hui, nous avons échangé nos avis sur la poursuite de la coopération à l'Onu et dans d'autres organisations internationales. Nous avons des approches communes de la nécessité de respecter les principes du droit international et le rôle central de l'Onu.

Au vu de l'élection du Niger en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour 2020-2021, nous sommes convenus cette année d'organiser des consultations spéciales au niveau des directeurs de départements avec une attention particulière pour l'amélioration de l'efficacité des efforts de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et pour les problèmes qui perdurent sur le continent africain.

Nous avons abordé la situation dans la région Sahara-Sahel, au Mali, en Centrafrique et en Libye. Sur toutes ces questions nous voulons nous appuyer sur l'avis des pays d'Afrique, y compris lorsque ces problèmes sont examinés au Conseil de sécurité des Nations unies. Nous prônons continuellement le principe "une solution africaine aux problèmes africains", tout en sachant que la communauté internationale soutiendra ces efforts des pays du continent. La Russie continuera d'agir en ce sens – aider à avancer vers la stabilité et le développement durable en Afrique aussi bien sur une base bilatérale que sur les plateformes internationales, le Conseil de sécurité des Nations unies y compris.

Nous avons réaffirmé notre intérêt commun pour que le premier sommet Russie-Afrique dans l'histoire, prévu à Sotchi en octobre, devienne une étape importante dans l'approfondissement de notre partenariat stratégique avec les amis africains.

Monsieur le Ministre a fait part des plans d'ouvrir l'Ambassade du Niger en Fédération de Russie l'an prochain. Je suis certain que cela apportera une stabilité supplémentaire à la dynamique du développement de notre coopération. Les résultats des négociations ont confirmé que cette interaction possède de très bonnes perspectives. Nous travaillerons sur la mise en œuvre des idées évoquées aujourd'hui.

Question: Compte tenu de la tension survenue après l'attaque contre l'infrastructure pétrolière de Saudi Aramco et des accusations de Riyad et de Washington envers Téhéran, la Russie possède-t-elle des initiatives pour détendre la situation? D'autant plus que récemment le Président russe Vladimir Poutine s'est entretenu par téléphone avec le Prince héritier et Ministre saoudien de la Défense Mohammed Ben Salmane Al Saoud, où le dirigeant russe a appelé à une enquête minutieuse et objective.

Sergueï Lavrov: Vous avez déjà parlé de la nécessité d'une enquête minutieuse et impartiale. De tels efforts sont entrepris actuellement. Il est important que ce processus soit objectif. Les accusations infondées ne servent pas la cause mais ne font qu'attiser la tension dans la région, où il y a déjà trop de confrontation.

Outre l'enquête sur la situation il est important non seulement de réagir aux différents incidents (et nous sommes très préoccupés par les événements du 14 septembre), mais également d'agir globalement, préventivement, faire de la diplomatie préventive. Si au moment opportun de telles mesures avaient été prises, des problèmes concrets auraient pu être évités.

A titre d'exemple je citerai le Concept russe pour la sécurité collective dans le golfe Persique et un peu plus largement. Nous le prônons depuis plusieurs années. Cet été nous avons organisé une présentation spéciale en mettant à jour notre approche. Elle est assez simple: tous les pays du Golfe et leurs partenaires dans la région et en dehors doivent s'assoir à la table des négociations pour détendre la tension par des démarches très simples – les mesures de confiance, la transparence, l'invitation l'un de l'autre aux différentes activités au niveau des forces armées et l'élaboration d'autres démarches permettant de renforcer la compréhension de la nécessité de dialoguer et de cohabiter les uns avec les autres, parce que c'est ainsi que l'histoire et la géographie en ont décidé. Nous ressentons de l'intérêt pour notre initiative, mais pas du côté de tous les acteurs impliqués pour l'instant. J'espère que cet épisode regrettable, l'incident indésirable poussera tout de même nos collègues à prêter davantage attention à l'initiative russe. Il faut agir de manière systémique, créer un cadre général dans lequel il sera plus simple de s'entendre et éviter l'exacerbation de la tension déjà très sérieuse dans cette région.

 

Documents supplémentaires

Photos

x
x
Outils supplémentaires de recherche