23 juillet 201819:36

Communiqué du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant la situation autour de la Syrie

1377-23-07-2018

  • ru-RU1 fr-FR1 en-GB1

Moscou a remarqué les récents commentaires d'un porte-parole du Département d'Etat américain à l'issue de l'entretien téléphonique entre le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.

Ces commentaires, d'une manière sans appel qui est propre aux Américains, stipulent que la Russie ne remplirait pas ses engagements dans le sud-ouest de la Syrie. Nous voudrions souligner qu'en réalité c'est tout le contraire. C'est Washington qui, depuis de longs mois, n'a rien fait pour séparer dans la zone de désescalade du sud-ouest les troupes dites "modérées" de l'opposition des terroristes de Daech et du Front al-Nosra. A présent, dans le sud-ouest de la Syrie, grâce aux succès des forces armées syriennes avec notre soutien l'ordre et la loi se rétablissent, les conditions sont créées pour le retour à la vie pacifique.

Dans ce contexte, la situation autour des activistes de l'organisation Casques blancs est révélatrice. Selon les informations rapportées, un grand groupe de ses "pseudo-humanitaires" a été évacué d'urgence par les Occidentaux via Israël et la Jordanie. Tout en sachant que ce sont les Casques blancs qui sont impliqués dans les provocations les plus odieuses pendant le conflit syrien. Ils agissaient uniquement sur les territoires contrôlés par des islamistes radicaux et préparaient des fakes qui ont été ensuite utilisés comme prétexte pour avancer des accusations contre les autorités syriennes. Leur méthode de travail favorite, comme l'ont confirmé à La Haye le 26 avril 2018 les témoins réels des provocations avec des armes chimiques dans la Ghouta orientale, était le tournage de mises en scènes propagandistes qui étaient ensuite largement diffusées par les médias occidentaux et sur internet. Il est symbolique que les Casques blancs aient préféré de fuir la Syrie avec le soutien étranger en dévoilant ainsi leur essence et en montrant au monde entier leur hypocrisie. Dans l'esprit du proverbe "qui se sent galeux se gratte", ces activistes ont clairement montré qui leur donnait des ordres et qui les entretenait financièrement.

x
x
Outils supplémentaires de recherche