26 juin 201815:22

Commentaire de Maria Zakharova, porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, concernant l'interdiction d'entrée en Ukraine à deux journalistes travaillant pour des médias russes

1224-26-06-2018

  • en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Mardi 26 juin, les autorités ukrainiennes ont interdit l'entrée dans le pays aux journalistes Evgueni Primakov et Paula Slier, respectivement collaborateurs des médias russes VGTRK et RT, qui venaient participer à une conférence de l'OSCE en tant qu'experts. La situation est d'autant plus absurde que le thème de l'événement était "Le renforcement de la liberté des médias et du pluralisme en Ukraine en temps de conflit". Les journalistes ont été arrêtés par les gardes-frontière ukrainiens à l'aéroport et, après un entretien, ont été officiellement interdits de séjour en Ukraine pendant 5 ans.

Nous considérons ces restrictions comme une nouvelle confirmation du fait que Kiev n'a pas l'intention de cesser la campagne de répressions contre les médias, notamment russes, afin de réprimer la liberté d'expression dans le pays. Cette démarche discriminatoire est d'autant plus provocante que le Représentant de l'OSCE pour la liberté des médias Harlem Désir avait confirmé dans sa lettre la nature ouverte de l'événement et avait exprimé sa reconnaissance pour l'intérêt témoigné par les Russes. Nous jugeons inadmissible une telle approche de l'OSCE, qui organise ses activités sans garantir à toutes les personnes intéressées la possibilité d'y participer.

Il est évident qu'en violant systématiquement les droits des journalistes, faute d'une réaction ferme de la communauté internationale, les autorités ukrainiennes ressentent une totale impunité. Cette ligne conduit à la dégradation de la garantie de la liberté d'expression dans ce pays.

Nous espérons que les participants à cette conférence condamneront ce cas révoltant de violation des droits et des libertés des journalistes, comme l'a fait Harlem Désir. Dans le même temps, nous attendons du Représentant de l'OSCE pour la liberté des médias, ainsi que d'autres structures internationales compétentes, une réaction plus ferme à la politique de restriction de la liberté d'expression menée par Kiev.

 

x
x
Outils supplémentaires de recherche