2 mars 201811:14

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors du vernissage de l'exposition pour le 140e anniversaire de la libération de la Bulgarie du joug ottoman après la guerre russo-turque de 1877-1878, Moscou, 2 mars 2018

376-02-03-2018

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Monsieur l'Ambassadeur,

Mesdames et messieurs,

Nous assistons à un événement marquant: le vernissage de l'exposition de documents et de photos d'archives pour le 140e anniversaire de la libération de la Bulgarie du joug ottoman.

Dans le cadre de cette exposition sont présentés plus de cent documents et photos des Archives de la politique étrangère de la Fédération de Russie, des Archives nationales militaires et historiques de Russie, des Archives nationales des documents cinématographiques et photos de Russie, ainsi que de plusieurs collections privées. Nombre de ces documents sont uniques, notamment le Manifeste de l'Empereur Alexandre II du 12 avril 1877 déterminant la disposition du peuple russe à de "nouvelles victimes pour faciliter le sort des chrétiens de la péninsule des Balkans". Le traité préliminaire de San Stefano est également présenté, ainsi que le message des Bulgares adressé au chancelier Alexandre Gortchakov pour demander une protection. En réponse à ce message et conformément au décret de l'empereur russe, nos prédécesseurs ont mené une ligne intransigeante pour la création d'une Bulgarie unie et autonome. Entre juin 1876 et avril 1877, le chancelier Alexandre Gortchakov a tout fait pour régler la situation par la voie politique et diplomatique lors de négociations tendues. A la veille de la signature du traité de paix préliminaire de San Stefano, Alexandre Gortchakov a suggéré à l'Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Russie auprès de l'Empire ottoman, Nikolaï Ignatiev, qui menait ces négociations, de rester ferme sur tout ce qui concernait la Bulgarie.

Dans l'histoire des relations entre nos pays, la guerre russo-turque de 1877-1878 joue un rôle particulier. L'amitié entre nos peuples a été cimentée par le sang versé au nom de la justice. Aujourd'hui, nous rendons leur dû aux guerriers et aux résistants bulgares qui ont combattu épaule contre épaule dans des conditions extrêmement difficiles pour l'indépendance de la nation bulgare.

Nous remercions nos amis bulgares d'avoir immortalisé la mémoire des commandants émérites qu'étaient les généraux Mikhaïl Skobelev, Iossif Gourko, Edouard Totleben, Mikhaïl Dragomirov. Nos amis protègent la mémoire des soldats et des officiers russes qui ont sacrifié leur vie sur l'autel de la Victoire.

Je suis convaincu que la fraternité russo-bulgare, notre patrimoine culturel et spirituel commun, sont des fondations qui ne sont pas soumises aux épreuves du temps et permettent un développement progressif des liens bilatéraux et de la coopération dans tous les domaines – de la politique à l'économie en passant par la culture et le tourisme. Notre exposition est une célébration de cet anniversaire. Je suis certain que vous tirerez du plaisir du contact avec cette époque, qui mérite effectivement que nos peuples et États y restent attachés.

Documents supplémentaires

Photos

x
x
Outils supplémentaires de recherche