20 décembre 201717:52

Allocution du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'Assemblée générale de la Commission russe pour l'Unesco, Moscou, 20 décembre 2017

2480-20-12-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Chers collègues et amis,

Je suis ravi de vous accueillir à cette nouvelle Assemblée générale de la Commission russe pour l'Unesco.

L'année qui s'achève n'a pas été simple pour notre travail commun, ni pour celui que nous menons dans tous les autres domaines. Nous avons cherché à défendre les idéaux de justice, d'attachement au droit international et de démocratie dans les affaires internationales. Malheureusement, la tendance objective qu'est la formation d'un monde multipolaire rencontre une forte réticence de la part de ceux qui, pendant des siècles, ont décidé des destinées du monde et ne veulent pas aujourd'hui renoncer à leur hégémonie, à leur domination dans les affaires internationales, même si les forces leur manquent pour cela. Tous les problèmes qui surviennent dans les relations internationales ne peuvent être réglés que de manière collective.

Malheureusement, la coopération humanitaire internationale et notre travail avec vous ont subi l'influence de ces tentatives de politiser la situation, de recourir à des méthodes malhonnêtes, notamment en essayant de politiser l'activité de l'Unesco.

Nous avons prôné et continuerons de faire en sorte que de telles tentatives de politiser le travail de ce noble forum cessent. Nous restons rigoureusement attachés au mandat de notre organisation commune.

Lors de l'ouverture du Forum culturel international de Saint-Pétersbourg le 17 novembre, le Président russe Vladimir Poutine a noté que la culture, l'art et l'éducation étaient la réponse aux défis dressés par la barbarie, l'intolérance et le radicalisme qui menacent toute notre civilisation. Nous avons noté les appels de la nouvelle Directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay à la dépolitisation et au règlement des problèmes d'actualité par des efforts communs. Nous espérons que ces intentions se traduiront en actes. Je pense que le gage de succès de cette approche est l'attachement aux valeurs traditionnelles de l'Unesco, et la garantie du caractère non conflictuel de ses principaux axes d'activité.

L'année qui s'achève a été productive pour notre dialogue avec l'Organisation. La 39e session de la Conférence générale a été un événement majeur. Je profite de l'occasion pour remercier tout particulièrement Olga Vassilieva, qui dirige la délégation russe et a obtenu des résultats très positifs aussi bien pour la Fédération de Russie que pour l'Unesco dans l'ensemble.

La nouvelle mouture de la Stratégie pour le renforcement de l’action de l’Unesco en matière de protection de la culture et de promotion du pluralisme culturel en cas de conflit armé reflète nos priorités et reste une bonne base pour le développement de la coopération en la matière. Un grand pas dans ce sens a également été fait avec la signature entre le musée de l'Ermitage et l'Organisation du Mémorandum d'entente sur la protection et la reconstruction du patrimoine culturel dans les zones de conflit.

Compte tenu de l'important préjudice infligé par les terroristes au patrimoine culturel et historique richissime du Moyen-Orient, nous nous efforçons d'intensifier l'activité de l'Unesco pour reconstruire les monuments de Palmyre et d'Alep. Malheureusement, après les premières impulsions positives, on assiste à un ralentissement parce que la pression exercée jusqu'à aujourd'hui sur le Secrétariat de l'Unesco reflète le fait regrettable que les calculs politiques continuent de prédominer sur le bon sens.

On note des succès notables dans la promotion des projets éducatifs. Comme je l'ai dit, en novembre s'est tenue une session de la Conférence générale où il a été décidé de créer sous l'égide de l'Unesco un Centre international de compétences dans l'enseignement minier technique sur la base de l'Université minière de Saint-Pétersbourg. Sur décision de la Conférence générale, les événements anniversaires liés à Maxime Gorki, Ivan Tourgueniev, Alexandre Soljenitsyne et Marius Petipa ont été inscrits au calendrier des dates commémoratives de 2018-2019. A notre initiative, l'année 2019 a été proclamée Année internationale du tableau périodique des éléments.

Cette année, deux autres sites russes ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco: la cathédrale de la Dormition et le monastère de Sviajsk; ainsi que le projet naturel russo-mongol Paysages de Dauria. Ainsi la Russie, dont le territoire compte 29 sites culturels et naturels du patrimoine mondial, fait aujourd'hui partie du top-10 au niveau mondial. A l'ordre du jour figure la garantie de leur préservation grâce à une coordination très étroite entre les institutions compétentes et les régions.

Il est dans notre intérêt de profiter du potentiel de l'Unesco pour promouvoir la coopération humaine dans le vaste espace eurasiatique. Ce thème a été évoqué pendant ma récente réunion avec les dirigeants de plusieurs régions de la Fédération de Russie. Nous avons notamment soutenu la création du Centre culturel eurasiatique à Moscou, du Centre international de l'épopée des nations eurasiatiques à Iakoutsk et du Centre archéologique en Khakassie. En juillet, le 2e Forum humanitaire eurasiatique consacré à l'enseignement professionnel s'est tenu en Bachkirie. La nomination de Mintimer Chaïmiev en tant qu'Envoyé spécial de l'Unesco pour le dialogue interculturel témoigne de la haute estime portée à la contribution de nos régions au développement de la coopération humanitaire internationale.

Dans le domaine des communications et de l'information à l'Unesco, nous accordons une attention particulière à la protection des journalistes dans les zones de conflits armés, à la lutte contre les fake news et contre la radicalisation des médias, à l'amélioration de la qualité de l'enseignement professionnel et à l'élaboration de recommandations pour un comportement éthique dans ce domaine.

Compte tenu du rôle majeur de l'Unesco dans l'élaboration des approches internationales du règlement des problèmes liés au développement de la communauté de l'information et à la garantie de la sécurité de l'information dans le secteur humanitaire, nous continuerons d'accroître notre participation aux programmes intergouvernementaux tels que "Information pour tous", "Développement des communications" et "Mémoire du monde". Nous continuerons de soutenir par tous les moyens l'activité des comités russes compétents.

Nous saluons la décision de la 202e session du Conseil exécutif de l'Unesco pour la modernisation de la Charte du Programme "Mémoire du monde", axée sur sa dépolitisation. La 3e Réunion mondiale d'experts de l'Unesco "Multilinguisme dans le cyberespace pour un développement inclusif et durable" s'est déroulée en juin à Khanty-Mansiïsk avec la participation active du Comité russe du programme de l'Unesco "Information pour tous". Son déroulement a contribué à la mise en œuvre des décisions du Sommet mondial pour la communauté de l'information.

Un travail énergique a été mené pour renforcer nos positions au sein de la Commission océanographique intergouvernementale, sachant que nous avons conservé notre place au Conseil exécutif de cette structure.

Nous avons obtenu de bons résultats dans le cadre du Programme sur l'homme et la biosphère. Pendant la 29e session du Conseil international de coordination – organe directeur du Programme – il a été décidé d'inclure au Réseau mondial de l'Unesco trois réserves biosphériques, ainsi que de créer la première réserve transfrontalière en Russie conjointement avec le Kazakhstan, en grande partie grâce à nos efforts.

Parmi les projets les plus sollicités sur la plate-forme de l'Unesco figure la création de Géoparcs mondiaux. Nous saluons et encourageons l'intérêt de nos régions pour ce secteur. Avec une contribution active du comité russe du Programme international pour les géosciences et les géoparcs, nous avons déposé une requête pour créer le premier de site du genre au Bachkortostan. Les régions suivantes sur la liste sont la république de l'Altaï et la région d'Irkoutsk.

Nous avons poursuivi notre travail conjoint avec le Ministère russe du Développement économique et la chaire de l'Unesco à l'Université d’État Lomonossov de Moscou (MGU) pour l'étude des problèmes mondiaux dans le cadre du Programme de l'Unesco "Gestion des transformations sociales". Il a débouché sur l'élaboration du Programme international de maîtrise sur les transformations sociales.

Une attention particulière a été accordée cette année à la formation d'un pôle d'établissements d'enseignement professionnel dans le cadre du réseau d'écoles associées de l'Unesco. En mai à Khanty-Mansiïsk s'est tenue la 10e Conférence internationale "Le bassin Ob-Irtychski: la jeunesse étudie et préserve le patrimoine naturel et culturel dans les régions des grands fleuves du monde" (une appellation longue mais suffisamment claire et concrète).

Nous accordons beaucoup d'importance au développement d'un autre réseau éducatif de l'Unesco: le Programme UNITWIN/Chaires Unesco, qui a fêté cette année son 25e anniversaire. Nous trouvons important de renforcer la coopération dans ce sens pour populariser nos exploits scientifiques et pratiques et former une image objective de la Russie dans l'espace éducatif mondial.

L'an prochain, plusieurs événements marquants et intéressants nous attendent dans le cadre de l'Unesco, parmi lesquels la célébration de la Journée internationale du jazz à Saint-Pétersbourg le 30 avril 2018. Le choix de cette ville en tant que Capitale mondiale du jazz 2018 (je suis ravi de saluer Igor Boutman ici présent) témoigne évidemment de la reconnaissance de l'importante contribution de la Russie à la promotion de cet excellent genre musical.

Pour conclure, je voudrais souhaiter cordialement à tout le monde de bonnes fêtes de fin d'année. Je vous souhaite à tous, ainsi qu'à vos proches, tout le meilleur.

Documents supplémentaires

Photos

x
x
Outils supplémentaires de recherche