12 décembre 201713:55

Allocution et réponse à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue de son entretien avec le Ministre des Affaires étrangères du Gouvernement d'entente nationale de la Libye Mohamed Tahar Siala, Moscou, 12 décembre 2017

2410-12-12-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Mesdames et messieurs,

Nous venons d'avoir un entretien substantiel avec mon homologue le Ministre des Affaires étrangères du Gouvernement d'entente nationale de la Libye Mohamed Tahar Siala. Nous avons évoqué en détail l'évolution de la situation dans son pays, les perspectives de règlement de la crise qui frappe ce dernier ainsi que certains aspects des relations bilatérales.

Nous avons souligné la nécessité de consolider les efforts internationaux visant à contribuer à la mise en place des conditions pour régler au plus vite la crise qui perdure en Libye grâce aux négociations directes entre les groupes libyens concernés.

Tous les efforts de médiation sont salués, mais ils doivent être coordonnés sous l'égide de l'Onu dont le nouveau représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye Ghassan Salamé a présenté un Plan d'action, une sorte de "feuille de route" du processus de paix libyen soutenu par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Dans ce contexte, nous sommes satisfaits de constater qu'à l'initiative du représentant spécial du Secrétaire général de l'Onu pour la Libye Ghassan Salamé les principaux acteurs libyens – les représentants de Tripoli et de Tobrouk – ont entamé un dialogue intense et concret sur la modification de l'accord de Skhirat qui reste la base d'un règlement durable de la crise. Le prochain cycle de consultations est prévu la semaine prochaine.

Nous saluons les résultats déjà atteints dans le cadre du dialogue interlibyen. Nous contribuerons au règlement de toutes les questions des négociations entre Tobrouk et Tripoli, avec lesquels nous sommes régulièrement en contact.

Nous sommes convaincus que les Libyens pourront régler le problème principal dans le cadre de négociations inclusives s'appuyant sur le Plan proposé à l'Onu, c'est-à-dire rétablir l'unité de leur pays compte tenu des intérêts de toutes les forces politiques, des groupes régionaux et des tribus qui le constituent, et garantir les conditions d'un développement durable de la Libye.

Nous sommes convaincus que l'application de l'accord de Skhirat, une fois mis à jour des quelques modifications sur lesquelles travaillent actuellement les participants aux négociations interlibyennes, doit également contribuer au règlement d'autres tâches prioritaires de l'agenda libyen, y compris au rétablissement de l'ordre dans le domaine de la sécurité, à la relance de l'économie, au redressement de la situation humanitaire et au règlement du problème de migration illégale qui s'est significativement aggravé ces derniers temps.

Nous avons évoqué en détail les perspectives de reprise d'une coopération commerciale et économique à part entière entre nos pays. Dans ce domaine, nous sommes assez optimistes. De nombreuses compagnies russes qui travaillaient auparavant sur le marché libyen souhaitent revenir et se joindre aux projets dans les domaines comme l'énergie, l'infrastructure industrielle et de transport. Nous sommes convenus de poursuivre les contacts sur la reprise des liens commerciaux et économiques. Une délégation d'affaires libyenne s'est rendue ici en octobre, et début 2018 est prévue une mission d'affaires russe. Nos collègues libyens ont assuré qu'ils feraient tout pour garantir une sécurité totale à l'activité des compagnies russes qui reviendront en Libye.

Le Ministre des Affaires étrangères du Gouvernement d'entente nationale de la Libye Mohamed Tahar Siala a aimablement promis d'accélérer le règlement de la question humanitaire liée à l'interpellation d'un cargo pétrolier russe par la sécurité côtière libyenne l'an dernier. Tout l'équipage a été rapatrié sauf le capitaine et son adjoint supérieur. Nous espérons que cette question sera réglée très prochainement.

La Russie fera tout pour normaliser complètement la situation en Libye et autour - en ce qui concerne les aspects internationaux du rétablissement des droits de l’État libyen. J'espère que toutes les conditions seront bientôt réunies à l'issue des négociations qui se déroulent actuellement entre les parties libyennes.

Je remercie le Ministre des Affaires étrangères du Gouvernement d'entente nationale de la Libye Mohamed Tahar Siala pour cet entretien constructif qui contribuera indéniablement au développement progressif des liens russo-libyens.

Question: On rapporte que la Russie compte organiser une sorte de conférence du dialogue national libyen. Si c'est une information confirmée, qui pourrait participer à ce dialogue? N'est-ce pas contraire aux formats qui existent déjà dans le cadre de l'accord de Skhirat?

Sergueï Lavrov: En ce qui concerne le dialogue national libyen – je n'ai pas entendu parler de ce terme. Je sais seulement que plusieurs médiateurs travaillent avec les différentes parties libyennes. Plusieurs pays exercent une influence sur les territoires qui ne sont pas contrôlés par les deux principaux acteurs des négociations interlibyennes (je fais allusion à Tripoli et à Tobrouk). En raison de la structure historique de la société libyenne, les tribus ont beaucoup d'influence, notamment au sud et à l'ouest. Quand (je suis certain que "quand" et non "si") l'accord de Skhirat mis à jour et le Plan d'action du représentant spécial du Secrétaire général de l'Onu pour la Libye Ghassan Salamé commenceront à être mis en œuvre, il faudra évidemment impliquer toute la société libyenne. Mais indépendamment de savoir si cela prendra la forme d'un dialogue national ou d'autres formes, les résultats des négociations menées actuellement sous l'égide de l'Onu doivent être acceptés par toute la société libyenne, c'est inévitable. C'est pourquoi, dans le contexte de ces négociations, il est question de la préparation de réformes législative, constitutionnelle et institutionnelle, ainsi que de l'organisation des élections. Cela sera nécessaire pour que tout le peuple libyen et toute la société libyenne soutienne les accords élaborés actuellement avec notre soutien actif.

Documents supplémentaires

Photos

x
x
Outils supplémentaires de recherche