4 décembre 201712:48

Article du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov intitulé "Russie-Thaïlande: 120 ans de respect mutuel et de confiance", publié par l'hebdomadaire Matichon Weekly (Thaïlande)

2329-04-12-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

 

Cette année nous fêtons une date remarquable: les 120 ans de l'établissement des relations diplomatiques entre la Russie et la Thaïlande. C'est une bonne occasion pour fixer les orientations de nos efforts conjoints en s'appuyant sur notre expérience riche de coopération diversifiée avec le partenaire le plus ancien de notre pays en Asie du Sud-Est.

L'histoire officielle des relations russo-thaïlandaises a débuté le 3 juillet 1897 quand Rama V, roi de Siam, a visité Saint-Pétersbourg. Le Consulat général de Russie à Bangkok a ouvert ses portes le 14 avril 1898. Il a d'abord été dirigé par Alexandre Olarovski dont le travail, selon les instructions de l'empereur Nicolas II, devait "être privé de toute aspiration mercantile et de toute volonté de tirer un quelconque avantage". En 1899, les deux pays ont signé leur premier accord bilatéral: la Déclaration sur la juridiction, le commerce et la navigation. A l'époque, la Russie avait offert son soutien politique au Siam, ce qui lui avait permis de protéger sa souveraineté contre les attaques de la Grande Bretagne. Le compositeur russe Piotr Chtchourovski a écrit l'hymne de la famille royale thaïlandaise, qui est resté l'hymne officiel du pays jusqu'en 1932.

A l'époque du conflit entre les deux systèmes sociaux et politiques principaux du XXe siècle, Moscou et Bangkok sont parvenus à promouvoir leur coopération mutuellement avantageuse dans des domaines d'intérêt commun. Ils ont notamment signé l'Accord commercial (1970) et l'Accord sur les communications aériennes (1971), qui sont toujours en vigueur. Aeroflot réalise des vols directs vers la capitale thaïlandaise depuis 1973.

Les liens bilatéraux ont atteint un niveau plus élevé au milieu des années 1980. Le Premier Ministre thaïlandais Prem Tinsulanonda a visité Moscou en 1988, et son homologue soviétique Nikolaï Ryjkov s'est rendu à Bangkok en 1990. Le 28 décembre 1991, la Thaïlande a reconnu la Fédération de Russie en tant que successeur de l'URSS et confirmé sa volonté de développer des relations amicales avec Moscou.

La coopération russo-thaïlandaise a reçu un encouragement majeur avec la visite d'État du Président Vladimir Poutine, la première de l'histoire de notre pays. Les pourparlers au sommet ont permis de fixer les orientations prioritaires de la coopération à long terme. La volonté bilatérale d'intensifier ce partenariat a été confirmée lors de la visite en Russie de la reine de Thaïlande Sirikit en juillet 2007 en tant que représentante du roi Bhumibol Adulyadej.

Ces dernières années, le dialogue politique bilatéral a connu un regain de dynamisme avec notamment les rencontres du Président Vladimir Poutine avec le Premier Ministre Prayut Chan-o-cha en marge du sommet Russie-ASEAN à Sotchi en mai 2016 et dans le cadre du sommet des BRICS à Xiamen en septembre dernier. En 2015-2016, les chefs de gouvernement des deux pays ont échangé des visites.    

La coopération commerciale et économique ne cesse de se développer. La Thaïlande fait certainement partie des partenaires principaux de la Russie en Asie du Sud-Est. Nous entreprenons des initiatives communes afin d'atteindre un objectif ambitieux: augmenter les échanges pour qu'ils atteignent 10 milliards de dollars d'ici 2020. Nous accordons une attention prioritaire au développement de la coopération dans des domaines de pointe tels que l'aviation civile, l'énergie, l'utilisation pacifique de l'espace, le transport et les communications. La Russie a des choses à proposer à ses partenaires thaïlandais, qui s'intéressent aux conceptions prometteuses russes dans des secteurs tels que les nanotechnologies, la bio-ingénierie, la télémédecine, la géophysique et les sources non-conventionnelles d'énergie.   

Le volume total des investissements thaïlandais dans l'économie russe a dépassé 1,6 milliards de dollars, et les investissements russes en Thaïlande se chiffrent à plus de 500 millions de dollars. Nous voudrions souligner particulièrement le travail long et fructueux du holding Charoen Pokphand Group qui met en œuvre avec succès des projets agricoles dans plusieurs régions russes.

Les échanges régionaux ne cessent de se développer. En 1997, Bangkok a signé le protocole sur les relations d'amitié avec Moscou - nous mettons actuellement en œuvre le programme de partenariat pour la période 2015-2017 - et le protocole de coopération avec Saint-Pétersbourg. La capitale russe organise depuis 2015 un festival annuel qui permet aux Moscovites de faire connaissance avec les traditions, la culture et la cuisine thaïlandaises. Bangkok a accueilli les Journées de Moscou en novembre 2016.

Les liens culturels entre nos pays existent depuis 1900, quand Saint-Pétersbourg a accueilli les prestations d'une troupe de danse traditionnelle de Siam. Aujourd'hui, des collectifs russes célèbres visitent régulièrement le Festival international de danse et de musique de Bangkok. Le public thaïlandais offre depuis des années un accueil chaleureux aux artistes des théâtres d'opéra et de ballet Mariinsky (Saint-Pétersbourg) et de Novossibirsk, ainsi que d'autres régions russes. En 2017, à l'occasion des 120 ans des relations diplomatiques entre nos deux pays, le théâtre d'opéra et de ballet d'Ekaterinbourg a présenté en Thaïlande le spectacle Katia et le prince de Siam, et le théâtre traditionnel de masques thaïlandais Khon a accompli une tournée en Russie. Bangkok a également organisé un festival russo-thaïlandais consacré à cet anniversaire.

Nous constatons avec satisfaction en Thaïlande la croissance de l'intérêt pour la langue russe et les études en russe - plusieurs centaines de Thaïlandais suivent déjà leurs études dans notre pays, notamment grâce aux bourses d'État russe. Les universités principales des deux pays ont signé plusieurs accords visant à établir des liens directs et une coopération.

La Thaïlande reste l'une des destinations touristiques préférées des Russes. En 2016, votre pays hospitalier a accueilli plus d'un million de touristes russes, et leur nombre a augmenté d'encore 37% lors des cinq premiers mois de cette année. Qui plus est, la Thaïlande accueille une diaspora russe importante qui crée des médias russophones, des écoles - y compris maternelles - et des restaurants. Un rôle particulier dans l'assurance de la sécurité et de la protection des droits et des intérêts légitimes des citoyens russes revient aux consulats honoraires de Russie à Pattaya et sur l'île de Phuket.

Un autre domaine important de notre travail conjoint réside dans la coopération dans la lutte contre les défis et les menaces actuels, qui sont nombreux. Les conseils de sécurité de nos pays évoquent la lutte contre le terrorisme international, la criminalité transnationale, le trafic de drogues, la traite des êtres humains, la contrebande d'armes, le blanchiment d'argent et les autres crimes économiques. Les contacts entre les Cours suprêmes et les forces de l'ordre se développent activement.

La coopération entre les ministères des Affaires étrangères est très riche. La proximité des positions des deux pays sur les problèmes-clés de l'actualité internationale et régionale a été confirmée lors de ma visite à Bangkok en août dernier. Avec nos partenaires thaïlandais, nous sommes réunis par la convergence de nos approches des principes fondamentaux de la formation d'un ordre mondial juste, démocratique et polycentrique sur la base du droit international et de la diversité culturelle et civilisationnelle du monde moderne.  

Nous avons intérêt à élargir notre dialogue visant à former dans la région Asie-Pacifique une architecture de sécurité égale et indivisible exempte de toute logique de blocs afin d'assurer une croissance durable à tous les pays de la région sans aucune exception. Nous apprécions grandement la volonté de Bangkok d'établir la coopération avec l'Union économique eurasiatique.

Les relations russo-thaïlandaises ont passé l'épreuve du temps pour atteindre un niveau élevé de confiance et de compréhension mutuelle. Nous avons des objectifs ambitieux visant à assurer un développement stable des rapports bilatéraux dans l'intérêt du bien-être et de la prospérité des peuples de nos pays, ainsi que du renforcement de la paix et de la stabilité en Asie du Sud-Est et en Asie-Pacifique en général. Nous sommes convaincus d'être capables de les accomplir.       

         

 

x
x
Outils supplémentaires de recherche