2 octobre 201715:30

Réponse à la presse d'Azamat Koulmoukhametov, Représentant spécial de la Fédération de Russie au sein du Groupe de contact pour le processus de paix en Ukraine

1846-02-10-2017

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Question: Dans une interview à TSN Tijden, la première vice-présidente du Parlement ukrainien Irina Guerachtchenko, qui est l'une des représentants de l'Ukraine au sein du Groupe de contact, a parlé d'une augmentation significative du nombre de Russes, de Biélorusses et de Serbes au sein de la Mission spéciale d'observation (MSO) de l'OSCE  depuis un an. Elle affirme qu'à cause de cela la mission ne note pas les tirs venant de Donetsk et de Lougansk. Que pouvez-vous dire à ce sujet?

Réponse: Cette déclaration n'a rien à voir avec la réalité. Le nombre d'observateurs russes au sein de la MSO s'est réduit en un an pour passer de 39 à 35 personnes. Le nombre de Biélorusses et de Serbes n'a pratiquement pas changé. Il y a un an on comptait 7 Biélorusses, ils sont 8 aujourd'hui. Alors que le nombre de Serbes a diminué pour passer de 9 à 8 observateurs.

En revanche, au sein de la MSO et de sa direction dominent des citoyens des USA et des pays de l'UE, considérés par l'Ukraine comme des États amis. On dénombre 59 Américains, 45 Britanniques et 339 citoyens de l'UE. Aux postes techniques travaillent 373 citoyens ukrainiens. Au total, la MSO compte 1 087 personnes, dont 610 sont des observateurs internationaux.

Toutes ces statistiques sont disponibles sur internet.

Avec un tel déséquilibre en matière d'effectifs, si la MSO "ne remarque pas" quelque chose, c'est plutôt les infractions des Accords de Minsk commises par l'Ukraine, et non les "tirs" des rebelles.

Nous considérons la déclaration d'Irina Guerachtchenko comme une nouvelle manifestation de la ligne propagandiste de Kiev visant à saper le règlement pacifique du conflit dans le Donbass.

Affichage de 1 résultat(s).
x
x
Outils supplémentaires de recherche