16 mars 201815:45

Allocution d'ouverture du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de son entretien avec le Président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaev en marge de la réunion des pays garants du processus d'Astana, Astana, 16 mars 2018

495-16-03-2018

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Monsieur Nazarbaev,

Chers collègues,

Je vous suis sincèrement reconnaissant, monsieur le Président, pour l'attention que vous portez au travail du processus d'Astana. Merci de m'offrir la possibilité de partager avec vous les résultats de notre réunion ministérielle.

Nous avons d'abord évoqué les souffrances humanitaires du peuple syrien. Ce problème est prioritaire aux yeux de Moscou, Téhéran et Ankara. Nous pensons qu'il est nécessaire de se concentrer sur son règlement. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une nouvelle résolution qui exige immédiatement de s'entendre pour que le cessez-le-feu entre en vigueur sur tout le territoire syrien. Ce problème est essentiellement causé par les terroristes et les groupes extrémistes qui utilisent des civils comme bouclier humain, notamment dans la Ghouta orientale d'où près de 20 000 civils sont déjà sortis depuis deux jours. Aujourd'hui, nous nous penchons avec nos amis de l'Onu sur une solution pour leur fournir des produits de première nécessité là où ils séjournent provisoirement avant qu'ils ne puissent revenir dans leur foyer dans la Ghouta orientale, tel que c'est le cas actuellement dans l'Est d'Alep où près de 200 000 habitants sont déjà revenus après l'avoir quitté via les couloirs humanitaires pendant la lutte contre les terroristes.

Je voudrais très clairement réaffirmer notre très grande reconnaissance envers nos amis kazakhs et à vous personnellement, monsieur Nazarbaev, pour avoir mis à disposition la plateforme d'Astana pour nos pourparlers. Astana a lancé un processus reconnu par tous, y compris ceux qui, comme vous l'avez dit, ne se réjouissent pas vraiment que cette initiative ait eu lieu dans la capitale du Kazakhstan avec la participation de nos trois pays garants. Il est important qu'Astana ait stimulé les efforts dans le cadre du processus de paix sur tous les axes: la lutte contre les terroristes, la mise en place de zones de désescalade où le cessez-le-feu, même avec des infractions, a permis de réduire significativement le niveau de la violence, le règlement plus efficace des problèmes humanitaires et surtout la mise en place des conditions pour le processus de paix sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations unies, ce qui a été évoqué une fois de plus pendant le Congrès du dialogue national syrien à Sotchi où le Kazakhstan était également présenté en tant que pays hôte du processus d'Astana. Aujourd'hui, vous avez clairement réaffirmé la nécessité d'aider nos collègues de l'Onu à former un Comité constitutionnel sur la base des accords de Sotchi et d'aller de l'avant.

Pour conclure, je voudrais dire que la plateforme d'Astana n'a pas seulement de la valeur car elle crée les conditions les plus confortables possibles pour le travail et l'organisation parfaite de tous les aspects de nos réunions - notamment le travail avec la presse, la traduction et autres - mais également car elle instaure une atmosphère confortable pour notre travail, une atmosphère politique confortable compte tenu de la ligne immuable d'Astana pour le rapprochement des belligérants. En soi, cet esprit de la politique étrangère kazakhe visant à trouver une entente permet de travailler efficacement. Bien sûr, il n'y a pas de limite à la perfection mais nous vous remercions pour la haute estime que vous portez à nos efforts, pour l'attention promise à ce travail, ainsi que pour la contribution de notre ami le Ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan Kaïrat Abdrakhmanov à l'organisation et à donner le ton politique juste à nos discussions.

 

 

 

 

x
x
Outils supplémentaires de recherche