Agrégateur de contenus

9 décembre 201617:38

Communiqué du Département de l'information et de la presse du Ministère russe des Affaires étrangères concernant le dernier rapport de la Mission d'observation des Nations unies pour les droits de l'homme en Ukraine

2304-09-12-2016

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Nous avons pris connaissance du 16e rapport de la Mission d'observation des Nations unies pour les droits de l'homme en Ukraine concernant la période du 16 août au 15 novembre 2016.

Nous partageons les nombreuses préoccupations, conclusions et recommandations des experts de l'Onu quant aux violations, par la partie ukrainienne, de ses engagements internationaux dans le domaine des droits de l'homme et du droit humanitaire international. Nous sommes choqués par les faits terrifiants constatés dans le rapport de l'Onu qui font état d'un large recours des autorités ukrainiennes, notamment du Service de sécurité d'Ukraine (SBU), à la torture, au traitement inhumain et à la violence sexuelle, à la privation illégitime de liberté et au maintien de détenus sans contact avec le monde extérieur.

L'absence, en Ukraine, du droit à un procès juste ne peut qu'être condamnée. Comme le constatent les experts de l'Onu, le travail des tribunaux et des organismes d'enquête est paralysé à cause d'une ingérence non dissimulée des autorités. On ne perçoit aucun progrès dans les enquêtes sur des affaires scandaleuses, y compris les événements à Odessa en mai 2014. Les groupes nationalistes militarisés continuent de commettre des crimes. Le mépris du principe de primauté du droit par Kiev contribue à la prolifération du crime et de l'impunité dans le pays.

Nous sommes également préoccupés par la rhétorique incitant à la haine des représentants ukrainiens officiels. Il ne faut pas oublier les tragédies irréversibles que la démagogie de la haine est capable d'entraîner, notamment quand elle vient des représentants du pouvoir.

Nous appelons Kiev à faire preuve de responsabilité, à tenir compte des conclusions et à remplir les recommandations de la Mission d'observation de l'Onu pour les droits de l'homme en Ukraine.

Nous sommes certains qu'il serait possible de parvenir à une paix durable dans ce pays s'il y avait une véritable volonté politique de Kiev, si les autorités ukrainiennes respectaient rigoureusement les droits de l'homme et le droit humanitaire international et accomplissaient de bonne foi les Accords de Minsk sur le règlement du conflit dans le Donbass.

 

 

 

x
x
Outils supplémentaires de recherche