Agrégateur de contenus

1 octobre 201517:57

Allocution de Konstantin Dolgov, délégué du ministère russe des Affaires étrangères aux droits de l'homme, à la démocratie et la primauté du droit, lors du XIIe congrès des délégués aux droits de l'enfant dans les régions de la Fédération de Russie sur le sujet: "Les enfants talentueux de Russie: soutien et protection", Pskov, le 1er octobre 2015

1873-01-10-2015

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1
 

Monsieur le délégué,  

Chers collègues et participants au congrès,

La garantie de toutes les conditions nécessaires au bien-être et à la protection des enfants est l'une des priorités de l’État russe. Les accents et les orientations en ce sens sont constamment définis par le président russe Vladimir Poutine, qui souligne l'importance cruciale du développement du potentiel des enfants pour l'avenir de notre pays. Le président l'a évoqué en détails encore récemment, le 1er septembre 2015 à Sotchi lors de sa rencontre avec les élèves et les  professeurs du centre d'études pour enfants talentueux Sirius.

Aujourd'hui le monde change rapidement, la concurrence globale s'accroît. La Fédération de Russie occupe une position-clé dans le développement mondial mais cette position, dans 10 à 15 ans dépendra de notre nouvelle génération, de nos capacités d'ouvrir, de développer et de conserver son potentiel.

La protection des droits, des libertés et des intérêts légitimes des enfants dans le contexte de l'activité du ministère des Affaires étrangères touche naturellement à l'aspect international de cette question. La diplomatie russe accorde une importance particulière à ce travail conformément à la Constitution russe et aux engagements internationaux de la Russie selon la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Convention de l'Onu sur les droits de l'enfant et d'autres actes internationaux fondateurs dans le domaine des droits de l'homme.

Nous suivrons de près le respect des droits et des intérêts légitimes des enfants russes à l'étranger. Nous avons accumulé dans ce domaine une expérience importante de coopération efficace avec les deux chambres du parlement russe, le délégué aux droits de l'enfant auprès du président russe Pavel Astakhov, le ministère de l’Éducation et de la Science, le Parquet général et le Comité d'enquête de Russie. En coopération avec les institutions russes à l'étranger, nous avons lancé un suivi efficace des violations des droits des enfants russes à l'étranger. Nous notons chaque jour de manière très attentive tous les cas concrets de violation des droits, des libertés et des intérêts légitimes des enfants Russes pour transmettre ensuite les informations appropriées et nos propositions aux institutions russes compétentes.

Le ministère russe des Affaires étrangères poursuivra son travail intensif en ce sens. Le caractère prioritaire des questions relatives aux enfants a été encore une fois souligné par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 25 septembre lors d'une réunion du ministère consacrée au respect des droits des citoyens et des ressortissants russes à l'étranger.

Actuellement, nous constatons l'acuité du problème du respect des droits et des intérêts de citoyens russes à l'étranger. Cela concerne avant tout les USA. Malheureusement, les problèmes dans ce domaine persistent. Les États-Unis restent toujours leaders du nombre de crimes contre les Russes mineurs.

Washington n'a toujours pas présenté ses rapports concernant les conditions de vie et d'éducation de près de 3 500 enfants. Les Américains évitent également l'organisation de consultations sur les problèmes d'enfants, dont la première étape a été lancée en avril 2013 par le délégué du ministère russe des Affaires étrangères en coopération avec le Parquet général, le Comité d'enquête et le secrétariat du délégué aux droits de l'enfant. La partie américaine fait traîner le règlement de la situation du Ranch for Kids au Montana, le placement de Kirill Kouzmine, l'enquête sur l'histoire nauséabonde des enchères internet qui, selon les experts de Reuters, auraient vendu illégalement près de 27 enfants russes, y compris à des producteurs de pornographie.  

Nous poursuivrons notre travail intensif avec les autorités américaines pour trouver des solutions mutuellement acceptables à tous les problèmes mentionnés, organiser les consultations depuis longtemps nécessaires sous l'égide du délégué aux droits de l'enfant auprès du président russe. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov soulève régulièrement les questions relatives à l'enfance lors de ses contacts avec les dirigeants américains. A notre avis, il est nécessaire de pousser les Américains au dialogue et aux consultations, de manière conjointe et concertée, en impliquant toutes les institutions et structures russes appropriées. L'apport des ONG russes pourrait également jouer un rôle considérable.     

Un autre sujet sensible est celui des relations au sein des mariages mixtes à l'étranger. Dans certains pays, nous constatons une attitude trop sévère, peu objective voire discriminatoire des autorités envers les étrangers en cas de litiges ou de conflits conjugaux.

Les précédents négatifs les plus remarquables ont eu lieu dans les pays scandinaves, où l'ingérence de l’État dans les affaires familiales est soit stipulée par la loi, soit considérée comme une norme. La Norvège a une pratique particulièrement ambiguë et douteuse: ses institutions sociales "prélèvent" les enfants des familles "défavorables" à leurs yeux. Ces derniers temps, ce pays a agi de la sorte avec 19 enfants russes. Les institutions finlandaises prennent également assez souvent des enfants sans aucune décision judiciaire.

A notre avis, il est important de créer avec les autorités des pays mentionnés des mécanismes efficaces de dialogue afin de régler les questions et les problèmes relatifs aux droits et aux intérêts légitimes des enfants. L'expérience positive de l'ambassade russe à Helsinki témoigne de l'aspect positif de cette initiative. En ce qui concerne la Norvège, nous voudrions organiser un forum régional de dialogue sous l'égide du délégué auprès du président russe en coopération avec toutes les institutions nécessaires et les ombudsmans régionaux. Je suis certain que les efforts communs sont la clé de notre succès dans ce domaine compliqué. Nous soutiendrons et participerons activement à toutes les initiatives interministérielles visant à protéger les droits et les intérêts légitimes des enfants.

Merci de votre attention.  

 

      

 

 

x
x
Outils supplémentaires de recherche