20 novembre 201214:37

Discours du Ministre des Affaires étrangères de Russie M. Sergey Lavrov lors de la session plénière du 7-ème Sommet d’Asie Orientale, Phnom Penh, 20 novembre 2012

2179-20-11-2012

  • de-DE1 en-GB1 es-ES1 ru-RU1 fr-FR1

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux de passer les salutations et les meilleurs vœux du Président de la Fédération de Russie M. Vladimir Poutine aux présidents des Etats et des gouvernements, à tous les participants de cet événement. Je tiens également à exprimer ma sincère gratitude à nos partenaires cambodgiens pour l'accueil chaleureux, l'hospitalité et une excellente organisation du sommet.

Les Sommets d'Asie Orientale pour nous sont des éléments centraux du nouveau système de coopération interétatique dans la région d'Asie-Pacifique. Aujourd'hui c'est le seul mécanisme du dialogue au sommet sur les questions stratégiques de développement de la région.

Un grand progrès dans l'économie de la région d'Asie-Pacifique au cours de la dernière décennie a assuré une position de leader de cette région dans le soutien de la croissance globale. En conséquence le rating de la région d'Asie-Pacifique dans la politique mondiale et son rôle dans la définition des contours d'un nouveau système international polycentrique sont augmentés.

Cependant, la situation sécuritaire dans la région ne correspond pas aux exigences du temps, à la nature et à l'ampleur des défis et des menaces. La manque des instruments juridiques internationaux se répercute. Il y a longtemps que la région a «mûri» pour le développement d'une nouvelle architecture - équitable, transparente et hors de bloc, basée sur les principes de l'indivisibilité de la sécurité, de l'attachement au droit international, aux principes de la sécurité collective et de la transparence. Sans cela nous ne pourrons pas réaliser un potentiel important de l'intégration régionale. Nous croyons que le Sommet d'Asie Orientale doit se charger de cette tâche.

Lors d'une réunion de l'année dernière, nous avons appelé à procéder les mesures concrètes visant à créer une nouvelle architecture de sécurité régionale. Les développements récents dans la région d'Asie-Pacifique confirment la fidélité de cette approche. Il est temps de passer des paroles aux actes.

En collaboration avec nos partenaires chinois et ceux du Brunei nous avons entamé des consultations sur les principes-cadres de renforcement de la sécurité et de la coopération dans la région d'Asie-Pacifique. Réaffirmant le rôle central de l'ANSEA dans l'intégration régionale, nous avons convenu que ce document doive se baser sur les dispositions de Traité d'amitié et de coopération adopté en 1976 à Bali ainsi que sur la Déclaration du Sommet d'Asie Orientale sur les principes de relations mutuellement avantageuses adoptée en 2011. Nous présumons de ce que les principes-cadres doivent répondre aux préoccupations et aux intérêts de tous les États de la région d'Asie-Pacifique sans exception. Nous invitons nos partenaires à prendre une part active à ces travaux.

L'avenir de notre pays est indissolublement lié avec la région d'Asie-Pacifique. Nous sommes intéressés par le développement des relations commerciales et économiques avec les États locaux, le lancement de nouveaux projets communs, en particulier dans les industries de haute technologie. L'implantation dans les processus d'intégration régionale est vraiment cruciale pour nous sur le plan de la modernisation du pays, du développement de la Sibérie et de l'Extrême-Orient. L'adhésion de la Russie à l'OMC ouvre de nouvelles opportunités.

Nous sommes prêts à participer dans la promotion de la sécurité énergétique de la région, dans la formation de la nouvelle architecture de la coopération énergétique. Nous voyons notre rôle non seulement dans l'approvisionnement en stables des hydrocarbures, mais aussi dans la participation au développement des sources d'énergie conventionnelle et non conventionnelle, au développement des échanges d'électricité, à la création d'une infrastructure énergétique régionale intégrée. Nous réaffirmons notre intérêt dans la promotion des projets contemporains pour l'exploration et le développement des champs, la pose des oléoducs et des gazoducs, ainsi que dans le domaine de l'hydroélectricité et de l'énergie nucléaire, dans les recherches liées avec l'énergie alternative et l'utilisation des équipements économes en énergie.

Notre pays a l'intention de contribuer à la sécurité alimentaire dans la région d'Asie-Pacifique. Nous sommes ouverts à l'investissement et à l'introduction active des technologies innovantes dans les domaines agricoles de la Sibérie et de l'Extrême-Orient, à la coopération visant à créer les zones d'agriculture durable. Notre pays est prêt à promouvoir la stabilité de l'approvisionnement alimentaire dans la région, notamment par la fourniture de céréales. On estime que jusqu'à l'année 2020, la production de céréales en Russie atteint 120 – 125 millions de tonnes et la capacité d'exportation de notre pays s'augmente à 35-40 millions de tonnes.

L'approfondissement de l'intégration économique régionale vise à promouvoir la création d'un système d'échanges libres et ouverts dans la région d'Asie-Pacifique. La Russie entend participer activement à ce processus, y compris en rejoignant les mécanismes des accords de libre-échange. C'est notre choix politique, et nous allons le réaliser en se basant sur les intérêts convenus de la Russie et ses partenaires par l'Union douanière.

Nous sommes convaincus de la nécessité de promouvoir la coopération dans la région d'Asie-Pacifique sur la base du Plan Général de l'ANSEA sur l'interconnexion. Il s'agit de la création de fonds spéciaux pour l'investissement dans l'infrastructure, le développement du transport multimodal, l'introduction des technologies modernes dans les chaînes logistiques et de transport.

Nous sommes intéressés par la participation dans le développement de l'infrastructure des autoroutes et des chemins de fer, des communications aériennes et maritimes, de la diversification des voies de transport. L'utilisation des possibilités de transport russes pourrait devenir l'un des domaines dans cette coopération. On parle, tout d'abord, de la modernisation du chemin de fer Transsibérien, chemin de fer Baïkal-Amour, des ports pacifiques de la Russie et du développement de nouvelles routes maritimes en complément des routes traditionnelles à travers le détroit de Malacca et le Canal de Suez. Des perspectives prometteuses s'ouvrent pour le développement de la route maritime du Nord, qui est deux fois plus courte que celle actuelle de l'Europe vers l'Asie à travers l'Océan Indien.

Presque tous ces sujets ont été au centre des préoccupations lors de la présidence de la Russie dans l'APEC, et nous allons continuer à encourager la coopération pratique dans ces domaines.

L'augmentation de la capacité de coopération dans le domaine de l'intervention d'urgence est l'une de nos priorités. Pour la région d'Asie Pacifique cette question est extrêmement sensible. A ce stade, nous estimons qu'il convienne de se concentrer sur l'examen des perspectives de la réalisation des propositions existantes. Parmi celles-ci - une initiative lancée par notre pays visant à unir les principaux centres de gestion des crises au niveau national et régional dans un réseau mondial unique.

Aujourd'hui nous acceptons les déclarations sur l'initiative du développement du Sommet d'Asie Orientale et sur les problèmes de réduction de l'efficacité des médicaments antipaludéens. Il est important d'entamer rapidement les mécanismes de leur réalisation. La Russie est prête à participer activement aux travaux.

Merci.

Documents supplémentaires

Photos

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE)

Conseil de l'Europe (CE)

OTAN

Union européenne (UE)

x
x
Outils supplémentaires de recherche